Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Montpellier
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Les Hommes-lions (Rétif, Découverte australe, 1781)
Les Hommes-lions (Rétif, Découverte australe, 1781) Auteur : Binet, Louis (1744-1800)

Cette notice fait partie d’une série : Rétif de la Bretonne, La Découverte australe par un homme volant, 1781 (pièce ou n° 19 / 22)

Datation : 1781

Source textuelle : Rétif de la Bretonne, La Découverte australe (1781) Voyages aux pays de nulle-part, Laffont, Bouquins, 1990, p. 1213-1214

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)

Lieu de conservation : Troyes, Médiathèque du Grand Troyes, DG 10149
Notice n° B2080   (n°19 sur 22)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Au-dessus de l’image à gauche : « IIe Vol. 396. »
Titre sous l’image : « Les Hommes-lions. »
Légende en note sur la page de gauche : « (*) 19.me Estampe : L’Homme-lion présentant la main à Hermantin, tandis qu’une Femme-lionne l’avertit de ce qui se passe dans le lointain. ☞ Comme l’Ile-tigre-léoparde tient à l’Ile-lionne, on a mis dans le même planche un Homme-tigre et une Femme-panthère, qui se partagent un chevreau : la Panthère a le croissant sur l’épaule. »

Analyse de l’image :
     « Deux habitants de l’île, sortis d’une caverne située tout au pied de la montagne, et qu’ils n’avaient pas remarquée, venaient à eux ventre à terre. Heureusement Hermantin jeta les yeux de leur côté ; il fit le signal et s’éleva d’un seul coup de parasol à quinze pieds ; les autres l’imitèrent [...]. Rien de si capable d’effrayer que ces deux êtres ! Qu’on se représente l’horrible figure du lion en furie, adaptée sur un corps humain velu ; une bouche fendue de l’une à l’autre oreille, avec des dents aiguës ; des mains et des pieds armés de griffes ; une jube épaisse au lieu de chevelure ; des yeux étincelants, dont le regard annonçait la soif du sang et du carnage. Hermantin fit à ces monstres quelques signes d’amitié, qui les mirent en fureur. Ils poussèrent un rugissement articulé, qui fit accourir à eux tous les hommes-lions des antres de la montagne. Les uns vinrent barbouillés de sang ; les autres tenant encore dans leurs griffes un quartier d’animal, qu’ils dévoraient en marchant. [...] Les six hommes-volants allèrent s’abattre sur une pointe de rocher, assez isolée pour n’y pouvoir pas être surpris, et de là, ils firent signe aux hommes- lions d’envoyer l’un d’eux. [...] L’homme-lion présenta la griffe : Hermantin allait la prendre en signe d’amitié, lorsqu’il vit s’avancer une femme-lionne, assez jolie pour cette espèce. Elle s’appuya sur l’épaule de l’homme-lion, en regardant Hermantin d’un air tendre-féroce. Elle examina curieusement ses ailes, et parut les admirer. Mais à l’instant où l’on s’y attendait le moins, elle embrassa le jeune camarade d’Hermantin, et s’élança pour l’emporter. Les cinq volants la retinrent ; et comme l’homme- lion déployait ses griffes pour la secourir, ils furent obligés de le frapper légèrement de leurs poignards. Les blessures de ces armes inconnues étonnèrent l’homme-lion, et le pénétrèrent de frayeur. Il les regarda, toucha une pointe, qui le blessa et lui fit faire un cri : tous ses compatriotes d’avancèrent à son secours. Alors Hermantin leur fit signe de s’arrêter et, sur leur refus, il fit tirer par un de ceux qui planaient, un coup de carabine qui cassa le bras à trois des plus avancés, et en blessa plusieurs autres. A ce coup inattendu, le femme-lionne effrayée montra les blessés à l’homme-lion, sans doute pour l’engager à se retirer. Toute la troupe s’arrêta*, et les femmes-lionnes allèrent au secours des blessés, dont elles léchèrent les plaies. L’homme et la femme-lion, qui étaient auprès des hommes-volants, demandèrent humblement à se retirer ; ce qui leur fut permis. Tous les autres s’enfuirent, laissant les trois blessés que les femmes-lionnes abandonnèrent aussi. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Troyes, Médiathèque du Grand Troyes
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 14/08/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.