Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Première confession de Thérèse au couvent (Thérèse philosophe, Londres, 1782)
Première confession de Thérèse au couvent (Thérèse philosophe, Londres, 1782)
Cette notice fait partie d’une série : [Boyer d’Argens,] Thérèse philosophe. Avec figures, Londres, 1782, 2 vol. (pièce ou n° 5 / 40)

Datation : entre 1782 et 1783

Source textuelle : [Boyer d’Argens,] Thérèse philosophe (1748?) Romanciers libertins, 2000, Pléiade, t. 1, p. 877

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Munich, Bayerische Staatbibliothek, 124708 Rem.IV 1353-1
Notice n° B2384   (n°1 sur 1) 
Analyse de l’image :
     « Après deux années passées dans ce libertinage innocent, ma mere me mit dans un couvent ; j’avois alors environ onze ans. Le premier soin de la Supérieure fut de me disposer à faire ma premiere confession. Je me présentai à ce tribunal sans craindre, parce que j’étois sans remords. Je débitai au vieux Gardien des Capucins, Directeur de conscience de ma mere, qui m’écoutoit, toute sles fadaises, les peccadilles d’une fille de mon âge. Après m’être accusée des fautes dnt je me croyois coupable. « Vous serez un jour une sainte, me dit ce bon Pere, si vous continuez de suivre, comme vous avez fait, le sprincipes de vertu que votre mere vous inspire ; évitez sur-tout d’écouter le Démon d ela chair ; je suis le Confesseur de votre mere, elle m’avoit allarmé sur le goût qu’elle vous croit pour l’impureté, le plus infâme de[s] vices ; je suis bien aise qu’elle se soit trompée dans les idées qu’elle avoit conçues de la maladie que vous avez eue il y a quatre ans ; sans ses soins, mon cher enfant, vous perdiez votre corps & votre ame. Oui, je suis certain présentement que les attouchemens dans lesquels elle vous a surprise, n’étoient pas volontaires ; & je suis convaincu qu’elle s’est trompée dans la conclusion qu’elle en a tirée pour votre salut. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 30/10/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.