Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Thérèse accepte la proposition du Comte (Thérèse philosophe, Londres, 1782)
Thérèse accepte la proposition du Comte (Thérèse philosophe, Londres, 1782)
Cette notice fait partie d’une série : [Boyer d’Argens,] Thérèse philosophe. Avec figures, Londres, 1782, 2 vol. (pièce ou n° 37 / 40)

Datation : entre 1782 et 1783

Source textuelle : [Boyer d’Argens,] Thérèse philosophe (1748?) Romanciers libertins, 2000, Pléiade, t. 1, p. 960

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Munich, Bayerische Staatbibliothek, 1124709 Rem.IV 1353-2
Notice n° B2458   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Au dessus de la gravure à gauche « 2eme Partie », à droite « Pag. 52 ».

Analyse de l’image :
     Thérèse a rencontré le Comte à l’Opéra : il se trouvait une loge au-dessus d’elle. Le Comte tombe peu à peu amoureux d’elle et lui propose de partir avec elle se retirer dans une de ses terres en province. Il lui fera une rente et elle deviendra sa maîtresse si elle le souhaite. Il la quitte et lui laisse un jour pour donner sa réponse. La scène est celle de sa visite du lendemain :
    « Avec quelle impatience n’attendis-je pas votre retour chez moi, dès que j’eus pris mon parti ! Le lendemain vous parûtes ; je me précipitai dans vos bras. oui, Monsieur, je suis à vous, m’écriai-je, ménagez la tendresse d’une fille qui vous chérit : vos sentimens m’assurent que vous en contraindrez jamais les miens. Vous savez mes craintes, mes foiblesses, mes habitudes. Laissez agir le temps & vos conseils. Vous connoissez le cœur humain, le pouvoir des sensations sur la volonté. Servez-vous de vos avantages, pour faire naître en moi celles que vous croirez les plus propres pour me déterminer à contribuer sans réserve à vos plaisirs. En attendant je suis votre amie &…
    Je me rappelle que vous m’interrompîtes à ce doux épanchement de mon cœur. Vous me promîtes que vous ne contraindriez jamais mon goût, ni mes inclinations. Tout fut arrangé. J’annonçai le lendemain mon bonheur à la Bois-Laurier, qui fondit en larmes en me quittant ; & nous partîmes enfin pour votre Terre le jour que vous aviez fixé. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 15/11/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.