Aller au contenu principal
« Poete, non dolet » : Arria et Poetus se donnant la mort - Vincent

« Poete, non dolet » : Arria et Poetus se donnant la mort - Vincent

Série de l'image :

Notice n°1 sur 9 Notice suivante

Date :
1785
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Dimensions (HxL cm) :
322x257
Lieu de conservation :

Analyse

Annotations :

2. Commande royale pour les Gobelins.
3. Une deuxième version est conservée au Saint-Louis Art Museum.

Analyse de l'image :

Poete, non dolet : Paetus, cela ne fait pas mal.

Voir l’article COURAGE de l’Encyclopédie, du chevalier de Jaucourt :

« Cependant l’Histoire, & l’on ne doit pas le dissimuler, ne manque pas d’exemples de gens qui ont réuni admirablement en eux le courage de cœur & le courage d’esprit : il ne faut que lire Plutarque parmi les anciens, & de Thou parmi les modernes, pour sentir son ame élevée par des traits & des actions de cette espece, glorieuses à l’humanité. Mais l’exemple le plus fort & le plus frappant qu’il y ait peut-être en ce genre, exemple que tout le monde sait, qu’on cite toûjours, & que j’ose encore transcrire ici, c’est celui d’Arria femme de Cecina Poetus, fait prisonnier par les troupes de l’empereur Claude, après la déroute de Scribonianus dont il avoit embrassé le parti. Cette femme courageuse ayant inutilement tenté, par les instances les plus vives, les plus séduisantes, & les plus ingénieuses, d’être reçûe dans le navire qui conduisoit son mari prisonnier, loüa, sans s’abandonner au desespoir, un bateau de pêcheur, & suivit Poetus toute seule dans ce petit esquif depuis l’Esclavonie jusqu’à Rome. Quand elle y fut arrivée, & qu’elle ne vit plus d’espérance de sauver les jours de son mari, elle s’apperçut qu’il n’avoit pas le cœur assez ferme pour se donner la mort, à laquelle la cruauté de l’empereur le contraignoit. Dans cette extrémité elle commença, pour tâcher d’y disposer Poetus, d’employer ses conseils & ses exhortations les plus pressantes : alors le voyant ébranlé, elle prit dans sa main le poignard qu’il portoit : Sic Poete, fais ainsi mon cher Poetus ; & à l’instant s’étant donné un coup mortel de ce même poignard, elle l’arracha de la plaie, le lui présenta tranquillement, & lui dit en expirant ces trois mots : Poete non dolet ; tiens, Poetus, il ne m’a point fait de mal. Praeclarum illud, s’écrie Pline, ferrum stringere, perfodere pectus, extrahere pugionem, porrigere marito, addere vocem immortalem ac poene divinam, Poete non dolet. Pline, ép. xvj. liv. III. Article de M. le Chevalier de Jaucourt. »

Sources textuelles :
Pline le Jeune (61-114), en latin Caius Plinius Cæcilius Secundus
Livre III, lettre 16

Informations techniques

Notice #010258

Image HD

Identifiant historique :
A9577
Traitement de l'image :
Image web
Bibliographie :
G. Faroult, G. Scherf, Ch. Leribault &alii, L’Antiquité rêvée, Gallimard, 2010
fig. 172, p. 419