Aller au contenu principal
La communion des apôtres (Retable de l’Institution de l’Eucharistie) - J de Gand

Notice #014303

Image HD

Auteur(s) :
Juste de Gand, Joos van Wassenhove, dit (1410-1480)
Entre 1473 et 1474
Nature de l'image :
Peinture sur bois
Sujet de l'image :
Sujet d’histoire sacrée. La Cène
Lieu de conservation :
Urbino, Galleria nazionale delle Marche
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
http://commons.wikimedia.org/

Analyse

Analyse de l'image :
Dans une salle à colonnes qui évoque plutôt l’intérieur d’une église, le Christ debout, habillé de bleu clair, placé au centre de la composition, se penche et donne une hostie à un de ses fidèles agenouillé, vêtu de bleu et de rouge. Les autres disciples, agenouillés et et les mains jointes également, sont placés de part et d’autre devant la table de la Cène, placée à l’endroit de l’autel de l’église, et sur laquelle figurent les reliefs de la Cène.
   Federico da Montefeltro, le commanditaire du retable, et sa cour, ainsi qu’un dignitaire oriental (peut-être Caterino Zeno, l’ambassadeur du Shah de Perse) se tiennent debout à droite, au second plan, en spectateurs de la communion des apôtres.
   Federico est représenté de profil, masquant ainsi la défiguration qu’il avait subie lors d(un tournoi. Deux anges habillés de bleu comme le Christ surplombent la scène de part et d’autre, à la manière des Chérubins du tabernacle (comparer avec les représentations de la Vierge en majesté, Vierge du tabernacle, Maestà…). On aperçoit, dans une encoignure à droite, une mère tenant son enfant sur ses genoux (le jeune Guidobaldo, fils du duc ?).
   Le ciel est visible à travers de hautes ouvertures dans l’architecture en abside du fond de la scène et une ouverture à droite montre une ville qu’on suppose être Gand ou Bruges plutôt que les tours Renaissance du palais ducal d’Urbino.
Annotations :
2. Retable commandé en 1472 pour l’oratoire de l’église du Corpus Domini d’Urbino. Piero della Francesca, sollicité pour cette commande, refusa à cause de la prédelle, qui avait déjà été exécutée par Paolo Ucello en 1567-1469 sur le thème du Miracle de l’hostie profanée.