Aller au contenu principal
Bradamante commande à Atlant de libérer Roger (Rol. fur. Brunet 76, ch4) - Eisen

Notice #001971

Image HD

Série de l'image :
L’Arioste, Roland furieux, trad D’Ussieux ill Cochin/Moreau... Paris Brunet 1776
Auteur(s) :
Launay, Nicolas de (1739-1792)
Eisen, Charles (1720-1778)
Date :
Entre 1776 et 1777
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Lunel, Bibliothèque municipale, Fonds Médard
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
G. 49
Sujet de recherche :
Iconographie du Roland furieux
Traitement de l'image :
Scanner
Photo sur papier
Localisation de la reproduction :
Collection particulière

Analyse

Analyse de l'image :
     Bradamante protégée par l’anneau qu’elle a dérobé à Brunel a feint de tomber à terre. Le vieil Atlant, sans méfiance, est descendu de son hippogriffe et, sans son bouclier éblouissant, s’est avancé à découvert vers elle. D’un bond, elle s’est emparée de lui, l’a enchaîné (str. 26) et maintenant lève la main contre lui pour lui couper la tête (str. 27).     Le texte décrit le geste arrêté de Bradamante se rendant compte alors et alors seulement, que son adversaire n’est qu’un pauvre vieillard. Elle renonce alors à le tuer. Mais le dessinateur a détourné ce geste de la main, qui n’est plus armée d’une épée pour tuer, mais désigne de l’index le chateau pour s’enquérir de son mystère. Or dans le texte, c’est spontanément qu’Atlant explique pourquoi il a édifié ce château d’acier, pour préserver Roger de Bradamante.     Mais dans la logique du dispositif scénique, qui triomphe au dix-huitième siècle, le geste n’accomplit plus la performance chevaleresque : il accompagne le discours qui sous-tend une image désormais entièrement narrativisée.     Au second plan, la tête de l’hippogriffe tournée vers les deux acteurs de cette scène métaphorise notre regard de spectateurs et délimite l’espace restreint du dispositif.
Annotations :
1. Signé sous la gravure à gauche « Ch. Eisen del. », à droite « N. De Launay Sculp. » 2. Gravure reprise de l’édition Baskerville/Molini, Birmingham et Paris, 1773, où elle portait le titre suivant : ...Lui vo’ porre / In liberta ; tu, se sai, gracchia e ciancia.