Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Dispute de Pamela & de M. B sur l’allaitement (Pamela 1742, vol. 4) - Gravelot
Dispute de Pamela & de M. B sur l’allaitement (Pamela 1742, vol. 4) - Gravelot Auteur : Gravelot, Hubert-François Bourgignon dit (1699-1773)
Œuvre signée.

Cette notice fait partie d’une série : Richardson, Pamela or virtue rewarded, 4 vol., Londres, 1742 (pièce ou n° 22 / 29)

Datation : 1742

Source textuelle : Richardson, Pamela (1740) tome VII, lettre 5, p. 33 (Rouen, 1782)

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Objets indexés dans l’image :
Paravent / Tableau sur le mur

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Notice n° A3813   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Paméla dans le cabinet de Mr. B (Pamela, Leipzig, 1750, fig.22) - Brühl

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. En haut à droite « Vol. IV. p. 29. ». En bas à droite « H. Gravelot inv et S »

Analyse de l’image :
        Alors que Paméla est enceinte, survient sa première dispute avec son mari, sur l’allaitement des enfants : « Je crois qu’il est du devoir d’une mere de nourrir son enfant, si elle le peut. M. B…… s’est déclaré qu’il ne permettroit pas que je me réglasse sur cette maxime. » (Dans l’édition de 1782, tome septième, lettre III de Paméla à ses parents, p. 12.) M. B tient pour la nourrice, et argumente Bible à l’appui. Juste avant la scène ici illustrée, M. B a remis, très en colère, à Paméla la réponse de ses parents, qui lui prêchent en fait l’obéissance à son mari. Il s’est retiré pendant qu’elle lisait et revient entendre leur verdict :     « Eh bien, Paméla, me dit-il d’un air un peu sérieux ! que dit le digne couple ?    O Monsieur ! répondis-je, ils se déclarent pour vous ; ils disent que le meilleur pour moi est de céder.     [33] Ils ont certainement raison, chere petite insolente, reprit-il. Mais n’êtes-vous pas une rebelle de me donner tout cet embarras avec vos impertinents scrupules ?     Non, Monsieur, repartis-je, pensant que ma conduite lui avoit un peu déplu ; non, n’appellez pas ainsi mes scrupules. Quoique mon pere & ma mere me conseillent d’acquiescer à ce que vous souhaitez, je suis pourtant encore un peu dans le doute. Mais comme c’est votre volonté, & que vous avez résolu que la chose soit ainsi, il est de mon devoir de vous céder en ce point.     Mais cédez-vous avec plaisir, ma chere, reprit-il ?     Oui, Monsieur, répondis-je, & quoi qu’il en arrive, je ne disputerai plus sur ce sujet. Je vous demande pardon d’être revenue si souvent à la charge. Mais vous n’ignorez pas, Monsieur, que, quand un esprit foible se forme des scrupules, il ne doit pas céder implicitement, & doit attendre qu’on les ait levés ; autrement, il sembleroit que l’obéissance ne seroit pas libre.     Vous êtes fort obligeante à présent, ma chere, répondit-il. Mais je puis vous dire que vous m’avez à moitié fâché. Je ne vous l’aurois cependant pas fait paroître, à cause des circonstances où vous vous rencontrez. Car enfin je ne me serois jamais attendu que vous eussiez cru qu’il étoit nécessaire d’en appeller, même à votre pere & à votre mere, sur un sujet où mon parti étoit pris, comme vous l’avez pu remarquer toutes les fois que nous en avons parlé.     [34] Ces mots furent un coup de foudre pour moi. Je baissai les yeux, n’ayant pas le courage de les lever sur lui, de peur de trouver son visage aussi mortifiant que ses paroles. Mais il me prit les deux mains, me tira obligeamment près de lui, & me baisa, disant : Excusez-moi, ma chere amour, je ne suis point fâché contre vous…… Parlez-moi, ma chere…… Pourquoi coulent ces précieuses perles ? En même-temps il me baisa encore… Parlez-moi, ma Paméla.     Je parlerai, Monsieur… je parlerai… aussitôt que je le pourrai, répondis-je ; car comme c’étoit la premiere censure qu’il m’eût adressée si sérieusement, j’avois le cœur gros. Mais comme je savaois qu’il seroit fâché si je ne parlois pas, & qu’il croiroit que je faisois l’obstinée, j’ajoutai avec un grand embarras : Je souhaiterois, Monsieur… je souhaiterois… que vous eussiez voulu m’épargner un peu plus long-temps, par cette même considération. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 26/09/2005
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.