Aller au contenu principal

Ut pictura poesis erit
(Horace, Art poétique, v. 361)

Le projet Utpictura18 est un programme de recherche développé depuis 2009 dans le Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, EA4235)

Mécène présentant les arts libéraux à l’empereur Auguste - Tiepolo

Utpictura18 : pourquoi ce nom ?

Utpictura fait référence à la célèbre doctrine de l'ut pictura poesis développée à partir de la Renaissance par les théoriciens italiens de la représentation. Il s'agissait de définit les codes, les cadres, des règles à appliquer pour représenter un sujet sur une image. La grande théorie de la représentation héritée des Grecs était la Poétique d'Aristote (IVe s. av. JC), mais elle concernait la poièsis, c'est-à-dire essentiellement la création théâtrale et plus précisément, dans la partie du texte qui est parvenue jusqu'à nous, la tragédie. Il n'y avait pas de traité grec sur la peinture.

Mais un célèbre texte d'Horace, poète latin du 1er siècle de notre ère, protégé de Mécène et d'Auguste, affirmait qu'ut pictura poesis erit, que la bonne, la grande poésie sera comme de la peinture : si la poésie doit être comme de la peinture, la peinture doit réciproquement respecter la poésie. Il y a donc une théorie grecque de la peinture : il suffira de transposer pour la peinture ce qu'Aristote a écrit pour la tragédie !

On désigne donc depuis la Renaissance par cette formule de l'ut pictura poesis toute théorisation de la représentation reposant sur une équivalence, et même une identité entre la représentation poétique (textuelle, littéraire) et la représentation iconographique (picturale et artististique en général). Ce système d'équivalence a culminé au XVIIIe siècle, avant de se défaire complètement : la peinture revendiqua sa matière, son évidence visuelle et sensible, qui se passait de mots ; la littérature explora les fantômes et les ombres de l'inmomtrable et de l'irreprésentable. Le 18 d'Utpictura18 fait référence à ce point culminant de l'histoire de la représentation, où pictura et poesis formèrent un attelage parfait.

Utpictura18 se propose d'explorer l'articulation et la désarticulation de ces deux termes, pictura et poesis, à partir du corpus d'images réunies ici dans la base de données du site que vous consultez et d'une réflexion théorique sur les dispositifs de représentation, qui sont les modèles de représentation qui circulent du texte à l'image.

Machine à inventer les livres (Gulliver, tr. fr., La Haye, 1727)

La base de données

La base de données iconographiques qui a été constituée se développe régulièrement (1000 notices par an environ) : les images font l’objet d’une indexation classique (par artiste, période, localisation, nature de l'image), mais aussi d’une indexation par objet (les objets représentés, mais aussi les configurations types des regards, du public) et par dispositif (magistral, performatif, scénique…). L’indexation détaillée des sources textuelles permet enfin une utilisation systématique du matériau iconographique pour l’analyse littéraire. L’analyse des contenus et des dispositifs s’inspire des outils théoriques exposés notamment dans les rubriques et dans les livres liés au projet.

Quatre corpus d’images ont été privilégiés :

  • La peinture d’histoire se donne à lire à l’époque classique comme l’équivalent des textes antiques ou bibliques qu’elle illustre. Elle fournit par l’image l’équivalent d’un discours et s’ordonne autour d’un moment narratif, supposant contradictoirement une durée et l’absence de durée.

  • Les enluminures, les chapiteaux historiés, les mosaïques médiévales, opposent aux codes classiques de la représentation scénique d’autres codes et viennent rappeler à chaque fois que, pour un sujet donné, aucune représentation n’est naturelle.

  • La gravure d’illustration propose pour l’œil du lecteur le vis-à-vis d’une scène écrite et d’une scène gravée. Dans les romans, elle adapte à la fiction les motifs et les agencements de la grande peinture d’histoire, avec des effets parodiques que met en évidence la comparaison.

  • Les peintures, gravures et sculptures commentées par Diderot dans ses Salons nous permettent de mettre en regard l’image réelle et la performance textuelle que Diderot prétend lui substituer. C’est ici le texte qui fait tableau, par un mouvement inverse de celui de textualisation de la peinture initié par la peinture d’histoire.

Le Temps dévoilant la Vérité - Pompeo Batoni

Généalogie d'un projet

Le projet Utpictura18 a démarré au printemps 2001, au sein du Centre d’étude du dix-huitième siècle, puis de l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières, UMR5186 du CNRS, avec le concours de l’université Paul-Valéry de Montpellier et de la Région Languedoc-Roussillon. A partir d’août 2003, la base de données Utpictura18 a été accessible sur internet, sur un serveur de l’université Paul-Valéry à Montpellier.

Depuis février 2004, elle a été également hébergée sur le serveur Galatea de l’université de Toulouse-le Mirail et s’est intégrée, de 2004 à 2008, dans les programmes de recherche de l’équipe d’accueil Lettres, Langages et Arts, aujourd'hui LLA-Créatis, de l’université de Toulouse-Le Mirail, et d’enseignement des Départements de Lettres modernes et d’Histoire de l’Art. À partir de 2007, elle a contribué aux formations de Master à l’Ecole Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse (ESAV).

Depuis 2009, Utpictura18 est développée à l’université de Provence, et depuis le 25 décembre 2016 sur un serveur de l’université d’Aix-Marseille.

Le site d’Utpictura18 ne se réduit plus aujourd’hui à la base de données. Il comporte également des cours en lignes, des articles, des définitions théoriques et méthodologiques, des outils pédagogiques.

Le 30 juin 2020, le site Utpictura18 de Montpellier est fermé, après 17 ans d’existence à l’université Paul-Valéry. A l’automne 2020, le projet de refonte et migration du site Utpictura18 d’Aix-Marseille est lancé. Une convention est signée à cet effet entre le CIELAM et Happyculture, le prestataire retenu pour ce projet. Au printemps 2021, le site de Toulouse est fermé, et le nouveau site Utpictura18 est lancé sur un serveur dédié d'Aix-Marseille Université.