Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Les 12 défendent la tour du pont de Paris (H Martin HistDeFrance 1886) - Bayard
Les 12 défendent la tour du pont de Paris (H Martin HistDeFrance 1886) - Bayard Auteur : Bayard, Émile Antoine (1837-1891)
Œuvre signée.
Graveur : Burgun, Georges Marcel, peintre (et graveur ?) français du 19-20e siècle

Cette notice fait partie d’une série : Henri Martin, Histoire de France populaire, Paris, Furne-Jouvet, s. d. (pièce ou n° 33 / 116)

Datation : 1886

Sujet de l’image : Histoire moderne. 10e et 11e siècles. France

Objets indexés dans l’image :
Nuage, nuée / Pont

Nature de l’image : Gravure

Lieu de conservation : Collection particulière (Cachan)
Notice n° A3894   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé en bas à gauche « Emile Bayard », à droite « G. BURGUN ». 2. Chapitre XIII, « Les Invasions normandes. (843-912.) », p. 124.

Analyse de l’image :
     Épisode du siège de Paris par les Normands en 886 : « Les Normands, après quelques semaines de blocus, recommencèrent l’attaque avec des machines de siège imitées des Romains ; mais leurs machines furent brisées par celles des assiégés, et ils essayèrent en vain d’incendier le grand pont. Une crue de la Seine leur vint en aide, emporta une partie du petit pont et isola de la Cité la tour qui protégeait l’entrée de ce pont. Douze hommes qui gardaient cette tour la défendirent toute une journée contre une armée entière. Les Normands mirent le feu à la tour. Les douze se retirèrent sur les débris du pont et y combattirent longtemps encore ; vers le soir, ils se rendirent enfin sous promesse de la vie sauve ; mais les Normands leur manquèrent de parole, et les massacrèrent tous. Les Parisiens, qui avaient vu mourir les douze sans pouvoir leur porter secours, furent d’autant plus animés à les venger et plus acharnés à la résistance. Ni la disette, ni les maladies, qui emportèrent le vaillant évêque Goslin

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 27/11/2005
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.