Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Montpellier
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le Rameau d’Or (Cabinet des fées T3, 1717)
Le Rameau d’Or (Cabinet des fées T3, 1717)
Cette notice fait partie d’une série : Le Cabinet des fées, Amsterdam, E. Roger, 1717, 8 vol. in-12 (pièce ou n° 23 / 83)

Datation : 1717

Source textuelle : Mme d’Aulnoy, Le Rameau d’or (CdF, 1697, t2)

Sujet de l’image : Fiction, 17e siècle

Objets indexés dans l’image :
Aigle / Femme étendue sur un lit / Rideau(x) de lit

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Munich, Bayerische Staatbibliothek, Res/P.o.gall. 315-1/8
Notice n° A9357   (n°8 sur 22)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Analyse de l’image :
    Le prince Torticoli est fort spirituel, mais complètement contrefait. Le roi son père décide donc de le marier à une princesse de même allure, Torticoli refuse, il est enfermé dans une tour. Là, une galerie vitrée est ornée de peintures animées où il se reconnaît lui-même. Dans une armoire magique, une main coupée lui parle par signes. Suivant ses instructions, de cette galerie il accède à une chambre où se trouve une belle princesse endormie qui soupire après son amant Trasimène.
   
    « Il restait au pied de son lit comme immobile, ne sachant s’il devait l’éveiller ou la laisser plus longtemps dans un sommeil si triste ; il comprenait déjà que Trasimène était son amant, et qu’il en avait trouvé la main dans le donjon ; il roulait mille pensées confuses sur tant de différentes choses, quand il entendit une musique charmante; elle était composée de rossignols et de serins, qui accordaient si bien leur ramage, qu’ils surpassaient les plus agréables voix. Aussitôt un aigle, d’une grandeur extraordinaire, entra ; il volait doucement, et tenait dans ses serres un rameau d’or chargé de rubis, qui formaient des cerises. Il attacha fixement ses yeux sur la belle endormie ; il semblait voir son soleil ; et déployant ses grandes ailes, il planait devant elle, tantôt s’élevant, et tantôt s’abaissant jusqu’à ses pieds.
   Après quelques moments, il se tourna vers le prince, et s’en approcha, mettant dans sa main le rameau d’or cerisé ; les oiseaux qui chantaient poussèrent alors des tons qui percèrent les voûtes du palais. Le prince appliqua si bien son esprit aux différentes choses qui s’entre-succédaient, qu’il jugea que cette dame était enchantée, et que l’honneur d’une aventure si glorieuse lui était réservé ; il s’avance vers elle, il met un genou en terre, il la frappe avec le rameau, et lui dit :
   Belle et charmante personne, qui dormez par un pouvoir qui m’est inconnu, je vous conjure au nom de Trasimène de rentrer dans toutes les fonctions de la vie, qu’il semble que vous avez perdue. »
   

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://books.google.fr/
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 06/05/2012
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 26/05/2019
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.