Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
L’homme aux verges (Thérèse philosophe, Londres, 1782)
L’homme aux verges (Thérèse philosophe, Londres, 1782)
Cette notice fait partie d’une série : [Boyer d’Argens,] Thérèse philosophe. Avec figures, Londres, 1782, 2 vol. (pièce ou n° 28 / 40)

Datation : entre 1782 et 1783

Source textuelle : [Boyer d’Argens,] Thérèse philosophe (1748?) Romanciers libertins, 2000, Pléiade, t. 1, p. 942

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Munich, Bayerische Staatbibliothek, 1124709 Rem.IV 1353-2
Notice n° B2432   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : L’homme aux verges (Thérèse philosophe, 1780?)

Analyse de l’image :
     « Un jour je fus introduite par une petite porte d ederrière chez un homme de nom & fort riche, à qui, depuis cinquante ans, tous les matins une fille nouvelle pour lui, rendoit pareille visite. Il m’ouvrit lui-même la porte de son appartement. Prévenue de l’étiquette qui s’observoit chez ce paillard d’habitude, dès que je fus entrée, je quittai robbe & chemise. Ainsi nue, j’allai lui présenter mes fesses à baiser, dans un fauteuil où il étoit gravement assis. Cours donc vite, ma fille, me dit-il, tenant d’une main son paquet qu’il secouoit de toute sa force, & de l’autre une poignée de verges dont mes fesses étoient simplement menacées. J eme mets à courir, il me suit : nous faisons cinq à six tours de chambre, lui criant comme un diable, cours donc, coquine, cours donc. Enfin, il tombe pâmé dans son fauteuil ; je me rhabille, il me donne deux louis & je sors. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 03/11/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.