Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
L’enchanteresse - Heinrich Lossow
L’enchanteresse - Heinrich Lossow Auteur : Lossow, Heinrich (1843-1897)

Datation : 1868

Sujet de l’image : Sujet mythologique. Œdipe

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 115 * Largeur 85 cm

Lieu de conservation : Collection particulière
Notice n° B2815   (n°1 sur 1) 
Analyse de l’image :
    LE SPHINX (le Livre des Chants), traduit de Heinrich Heine par Gérard de Nerval
   
   C’est l’antique forêt pleine d’enchantements.                                On y respire, au bord de leurs frêles calices,                                 Le doux parfum des fleurs. — Les clairs rayonnements De la lune en mon cœur versent mille délices.
   
    J’allais parmi la mousse embaumée, et tandis Que sous mes pas errants craquait la morte branche   Il se fit quelque bruit dans les airs : — j’entendis La voix du rossignol chanter, sonore et franche !
   
    Il chante ses amours, le jeune rossignol ! Il chante leurs gaietés et leurs douleurs sans trèves, Et si tristement pleure, hélas ! que mes vieux rêves   Se raniment soudain et reprennent leur vol.
   
    — Je poursuivis ma route à travers la nature, Dans les herbes, songeant et le cœur en émoi. — Comme j’allais, je vis s’élever devant moi Un grand château gothique à la haute toiture.
   
    Je jetai sur ses murs désolés un coup d’œil : — Sa porte était fermée et sa fenêtre close, Et partout la tristesse accablante et le deuil;                                  La mort paraissait vivre en ce château morose.
                  Au seuil était un sphinx. — A la fois effrayant                             Et charmant, il avait d’un lion la poitrine Et la griffe cruelle, et de la plus divine                                           Femme il avait les reins et le front souriant.
                           O femme ! son regard appelait de sauvages                                   Voluptés ! et sa lèvre au sourire puissant,                                     Qui n’avait point subi du temps les durs ravages,                       S’offrait pleine d’ardeurs, de désirs et de sang.  
                           Le rossignol chantait si doucement dans l’arbre !                       Saisi soudainement d’un charme inapaisé,                                 Ne pouvant résister à la lèvre de marbre,                                      J’y vins mettre un joyeux et violent baiser.
                                 La figure impassible, alors, prit une vie;                                         La pierre soupira; le frisson courut dans                                       sa veine; — elle vivait ! — et sa bouche ravie                               but avec soif le flot de mes baisers ardents.
                              Elle aspira mon souffle entier, la charmeresse !                           Sa poitrine gonflait en sa rebellion.                                                 Elle étreignis mon corps dans une chaude ivresse,                     Le déchirant avec ses griffes de lion.
                                   O souffrance et plaisirs infinis ! Doux martyre !                         Pendant que son baiser m’énivrait en vainqueur,                       Comme un poison charmeur qui tue et vous attire,                   — Ses griffes me faisaient des blessures au cœur.
             Le rossignol chanta, des frissons plein son aile :                           —  O sphinx ! Amour ! pourquoi mêler jusqu’à la mort,
   A tes félicités la douleur éternelle !                                       Et pourquoi le baiser si la bouche vous mord ?
                     « O toi, beau sphinx ! Amour mystérieux ! révèle                         à nos cœurs, tout remplis de tes désirs brûlants,                          cette énigme fatale et sans cesse nouvelle.                                     — Moi, j’y songe déjà depuis près de mille ans.
   

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Collection particulière
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 26/10/2015
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.