Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Iphigénie en Aulide : la mort d’Eriphile ? - Felice Torelli
Iphigénie en Aulide : la mort d’Eriphile ? - Felice Torelli Auteur : Torelli, Felice (1667-1748)

Datation : entre 1730 et 1748   (date conjecturale)

Sujet de l’image : Sujet mythologique. Le Sacrifice d’Iphigénie

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 80 * Largeur 98 cm

Lieu de conservation : Collection particulière
Notice n° B5944   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Iphigénie (Œuvres de Racine, 1676) - F. Chauveau

Analyse de l’image :
     Cette représentation du sacrifice d’Iphigénie s’écarte du modèle traditionnel, et le roi furieux du premier plan à droite peut difficilement être identifié à l’Agamemnon horrifié et se voilant la face devant l’infaticide qu’il est forcé de commettre, selon le modèle fixé dans la tradition iconographique depuis Timanthe.
    Je propose donc d’interpréter ce tableau comme une représentation de l’issue de la tragédie d’Iphigénie telle que Racine l’a modifiée, suivi ensuite par les adaptations lyriques du XVIIIe siècle, et notramment l’Ifigenia in Aulide de Cark Heinrich Graun sur un livret de Leopoldo de Villati (Berlin, 1748).
   
    Chez Racine, Achille est le personnage principal lors du sacrifice. Achille est furieux et s’oppose de toute sa puissance à l’exécution du sacrifice : c’est ce que nous voyons ici au premier plan à droite. Le récit de cette scène est rapporté par Ulyssen qui pourrait être le guerrier placé juste derrière Achille. Sur le bûcher, ce n’est Iphigénie, mais Eriphile qui s’effondre. Elle n’est pas sacrifiée par Caclachas, mais se suicide ou s’apprête à se suicider. Derrière elle, Calchas ne brandit nullement le couteau du sacrifice, mais semble un peu désemparé face à ce qui arrive. Antre Eriphile et Achille, à l’arrière-plan, la jeune femme qui se recule en pleurant est Iphigénie.
    Un élément demeure cependant mystérieux : pourquoi ce cerf à l’arrière-plan ? Dans les représentations orthodoxes du sacrifice d’Iphigénie, une biche (non un cerf) vient se substituer à Iphigénie, mais ni biche ni cerf chez Racine.
   
    « Mais, quoique seul pour elle, Achille furieux
   Épouvantait l’armée, et partageait les dieux.
   Déjà de traits en l’air s’élevait un nuage ;
   Déjà coulait le sang, prémices du carnage :
   Entre les deux partis Calchas s’est avancé,
   L’œil farouche, l’air sombre, et le poil hérissé,
   Terrible, et plein du dieu qui l’agitait sans doute :
   « Vous, Achille, a-t-il dit, et vous, Grecs, qu’on m’écoute,
   « Le dieu qui maintenant vous parle par ma voix
   « M’explique son oracle, et m’instruit de son choix.
   « Un autre sang d’Hélène, une autre Iphigénie
   « Sur ce bord immolée y doit laisser sa vie.
   « Thésée avec Hélène uni secrètement
   « Fit succéder l’hymen à son enlèvement :
   « Une fille en sortit, que sa mère a celée ;
   « Du nom d’Iphigénie elle fut appelée.
   « Je vis moi-même alors ce fruit de leurs amours :
   « D’un sinistre avenir je menaçai ses jours.
   « Sous un nom emprunté sa noire destinée
   « Et ses propres fureurs ici l’ont amenée.
   « Elle me voit, m’entend, elle est devant vos yeux ;
   « Et c’est elle, en un mot, que demandent les dieux. »
   Ainsi parle Calchas. Tout le camp immobile
   L’écoute avec frayeur, et regarde Ériphile.
   Elle était à l’autel ; et peut-être en son cœur
   Du fatal sacrifice accusait la lenteur.
   Elle-même tantôt, d’une course subite,
   Était venue aux Grecs annoncer votre fuite.
   On admire en secret sa naissance et son sort.
   Mais puisque Troie enfin est le prix de sa mort,
   L’armée à haute voix se déclare contre elle,
   Et prononce à Calchas sa sentence mortelle.
   Déjà pour la saisir Calchas lève le bras :
   « Arrête, a-t-elle dit, et ne m’approche pas.
   « Le sang de ces héros dont tu me fais descendre
   « Sans tes profanes mains saura bien se répandre. »
   Furieuse, elle vole, et, sur l’autel prochain,
   Prend le sacré couteau, le plonge dans son sein.
   À peine son sang coule et fait rougir la terre,
   Les dieux font sur l’autel entendre le tonnerre ;
   Les vents agitent l’air d’heureux frémissements,
   Et la mer leur répond par ses mugissements ».

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Collection particulière
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://commons.wikimedia.org/
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 25/11/2018
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 26/11/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.