Aller au contenu principal
Publiée le sam 11/11/2023 - 14:21
Ecole d’automne, Aix-en-Provence, Faculté ALLSH et Marseille, IMéRA, 17-19 octobre 2024
Auteurs / Autrices :
1001 nuits

Aller sur le site de l'école d'automne…

Dans le cadre du programme IRV-Utpictura18 de la fondation A*MIDEX de l’université d’Aix-Marseille, une école d’automne « Le texte avec et contre l’image » sera organisée, du 17 au 19 octobre 2024, à Aix-en-Provence (Faculté ALLSH) et à Marseille (IMéRA), à l’attention des doctorants en arts, lettres et sciences humaines dont la recherche porte, tout ou partie, sur les relations entre texte et image, et des professeurs de lettres du second degré développant, ou souhaitant développer une pratique de l’image dans leur enseignement.

L’école d’automne proposera une réflexion théorique, méthodologique et thématique sur les relations entre texte et image à partir des recherches doctorales et des pratiques pédagogiques des participants. Les sessions se déclineront autour de 4 modules :

  1. Conférences théoriques sur les relations entre texte et image

  2. Projections professionnelles : comment valoriser une compétence « texte et image » en contexte professionnel, et notamment dans la pratique de l’enseignement

  3. Ateliers théoriques et méthodologiques : réflexion sur les enjeux et les usages d’une pratique « texte et image »

  4. Ateliers thématiques : études de cas à partir des recherches menées par les doctorants participants

Les doctorants qui souhaiteraient participer à cette école d’automne adresseront leur candidature au comité d’organisation en remplissant le formulaire ci-dessous.

Comité d’organisation

Stéphane Lojkine, responsable du projet,

En fonction de votre spécialité de doctorat, adressez-vous à
Juliette Privat et Shun Sugino, secteur Lettres, juliette.PRIVAT@univ-amu.fr et shun.SUGINO@univ-amu.fr
Magalie Martin, secteur Arts, mmartspla@gmail.com
Greta Gribaudo, secteur Langues, greta.GRIBAUDO@univ-amu.fr

Formulaire à adresser au comité avant le 15 mars 2024

Prénom et NOM (en majuscules) :

Titre de la thèse et année d'inscription :

Directrice ou directeur de thèse :

Laboratoire de recherche :

Ecole doctorale (ED n°) et université :

Avez-vous déjà prononcé une publication, proposé ou publié un article sur « texte et image » ?

Parmi les ateliers théoriques et méthodologiques décrits ci-dessous, sélectionnez en deux auxquels vous souhaiteriez contribuer :

◻︎ Théorie et usages de la figure
◻︎ Théorie et usages de la scène
◻︎ Théorie et usages des dispositifs
◻︎ Problèmes et enjeux de l’illustration
◻︎ Problèmes et enjeux de l’adaptation

Titre de votre proposition de contribution à un atelier thématique :

Développez votre proposition de contribution à un atelier thématique (max. 300 mots) :

Votre contribution, si elle est retenue par le comité, est susceptible d’être publiée dans la revue Rubriques d’Utpictura18.

Présentation des ateliers

Théorie et usages de la figure

La notion de figure est à la croisée de l’image et du texte. Figure, peut être synonyme d’image, de gravure ou d’illustration, et désigne en peinture les personnages d’un tableau. Dans la langue classique, figure renvoie au corps tout entier, tandis que l’usage moderne lui assigne plutôt le visage. Mais figure, c’est aussi la figure de style, ou les figures du discours, qui structurent le texte. Enfin, la Bible parle, enseigne figurément, ou par figures, les récits de l’Ancien Testament étant supposés préfigurer les Évangiles. De la figure, on passe alors à la figuration et à la fiction, dans l’idée que le récit imaginaire, que la mise en scène figure, délivre obscurément un message, une leçon, une idée.

L’objectif de cet atelier est d’abord d’interroger l’usage que nous faisons du terme figure pour l’analyse du texte et de l’image, dans des contextes culturels, génériques, historiques différents. On discutera ensuite la dimension axiologique de la figure : une figure figure-t-elle toujours un sens, une leçon ? quelle est l’autonomie de la figure ? Enfin, comment se répartissent et s’articulent matérialité de la figure d’une part, élaboration abstraite et sens caché d’autre part ?

Théorie et usages de la scène

Il y a une scène concrète, le lieu de la scène au théâtre, et une scène abstraite, le découpage d’une séquence dans un récit : en anglais, stage et scene. On se propose d’interroger cette dualité fondamentale de la scène. Omniprésente dans les arts visuels comme dans la littérature, la scène représente un moment perçu comme exceptionnel, fortement théâtralisé et digne d’être mémorisé. Dans le texte, elle échappe au fil narratif pour adopter une logique picturale, et constitue un espace-temps hors normes, qui fait tableau. En peinture, et dans la peinture d’histoire notamment, la scène identifie ce moment à l’épisode tout entier qu’elle est censée représenter. Dans le livre illustré, c’est souvent une scène que l’illustrateur choisit de représenter. La scène fonctionne ainsi comme une unité transposable du texte à l’image et de l’image au texte : elle est le dispositif le plus simple susceptible de faire le lien entre ces deux media. L’objectif de cet atelier sera d’abord d’explorer les modalités d’expression de ce dispositif scénique, ses variations dans le temps, les genres et les supports de la représentation. On se demandera notamment comment le passage du texte à l’image (illustration), ou de l’image au texte (description) redécoupe la scène et en redessine le dispositif. On s’interrogera enfin sur les limites de la scène : limites matérielles (la coulisse, le cadre, les marqueurs syntaxiques), mais aussi imaginaires et symboliques (le hors-scène, les effets de hantise et de conjuration).

Théorie et usages des dispositifs

L’étude des relations entre texte et image ne confronte pas seulement deux media hétérogènes ; elle pose le problème de l’articulation entre deux traditions, de la critique littéraire et de l’histoire de l’art, et entre l’éventail des méthodes d’analyse auxquelles elles ont donné lieu. Le dispositif est l’outil commun qui permet de circuler d’un support à l’autre, d’un champ disciplinaire à un autre, et de dégager un noyau de fonctionnement commun. Il constitue donc un enjeu fondamental pour les études intermédiales. Le terme est souvent pris d’abord dans un sens assez vague, comme l’arrangement, la constellation ou l’organisation dynamique d’éléments constitutifs d’une œuvre artistique ou littéraire, ou d’un ensemble d’œuvres. Il peut donc se comprendre ici comme dispositif d’un texte, d’une image, ou d’un ensemble texte-image (le livre illustré, le film, l’album). D’autre part, par rapport à son objet, il fonctionne comme un régulateur interne (ordonnant les articulations internes de l’œuvre) mais aussi externe, inscrivant l’œuvre dans un rapport, ou un système de rapports, avec un milieu (culturel, social, politique) et un public (spectateurs ou lecteurs). L’enjeu de cet atelier sera de tester l’efficacité heuristique des dispositifs. Il s’agira de discuter et de mettre à l’épreuve différentes modélisations du dispositif, d’interroger leur généalogie et leur évolution, d’explorer les types d’analyse auxquels elles peuvent donner lieu.

Problèmes et enjeux de l’illustration

A priori, l’illustration est une image qui devrait venir après le texte, pour l’éclairer. Mais elle le fait au moyen d’une logique de l’image qui n’est pas celle du texte, et peut tout aussi bien en opacifier le sens et en brouiller la compréhension. Dans cet atelier, l’analyse d’image sera centrale pour comprendre jusqu’où la présupposée subordination de l’image au texte est effective. Il s’agira également de comprendre quels choix artistiques (sélection, répétition, disjonction…), permettent de façonner une image possible du texte, relevant parfois davantage de la sensibilité de l’illustrateur que de l’intention de l’écrivain, et participant ainsi au réservoir de représentations, matérielles et immatérielles, qui habitent et façonnent le texte jusque dans sa réception. On interrogera enfin la fonction de l’illustration, qui a beaucoup varié dans l’histoire, et d’une culture à l’autre, d’un genre à l’autre : préparation de la lecture et séquençage du texte ? séduction de l’acheteur et du lecteur ? normalisation ou au contraire complexification de la fiction ?

Problèmes et enjeux de l’adaptation

Cet atelier proposera aux participants une réflexion autour du problème de l’adaptation cinématographique : il s’agira de questionner les notions de perte et de gain, d’ajout et de retrait, de citation et de recréation, pour comprendre les dynamiques essentielles qui se tissent entre deux médiums artistiques, la littérature et le cinéma, qui partagent le récit comme caractéristique essentielle, mais diffèrent radicalement dans leur mode de production de la représentation. Cette différence implique d’autres méthodes d’analyse et, peut-être, une hybridation des méthodes : on s’interrogera sur les questions de plan, de séquençage, de montage (d’un film), au regard de celles de focalisation, de scène et d’articulation logique (d’un texte), pour explorer les processus d’enrichissement et de réduction du récit en mouvement.

Aller sur le site de l'école d'automne…

Document joint :
Printer Friendly, PDF & Email