Aller au contenu principal

La fausse confession de Sire Cheparel (Décaméron 1757, J1N1) - Gravelot

Date :
1757
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Rés. in-8° E 442e [-446e]
Œuvre signée

Analyse

Résumé de la nouvelle :

« Sire Cheparel trompe un saint frère par une fausse confession, puis se meurt. Et tandis qu’il avait été de son vivant le pire des hommes, il est pris, une fois mort, pour un saint qu’on appelle saint Chapelet. » (trad. G. Clerico, folio, p. 60)

Sire Cheparel, nommé par les Français sire Chapelet, est un des hommes de confiance du marchand Muscat Franzais, choisi par lui pour recouvrer ses créances à Paris auprès des Bourguignons. Ceux-ci étant particulièrement retors, le marchand a choisi un notaire véreux, fieffé menteur et sans foi ni loi, pour traiter ses affaires. Le notaire s'en acquitte à merveille, mais tombe malade. Les usuriers lombards chez qui Sire Chapelet est hébergé, deux frères, prennent peur : que feront-ils de son corps s'il meurt ? Jamais l'Eglise ne voudra enterrer un pareil truand.

Le rusé malade entend leurs conciliabules et les rassure. Qu'on fasse venir auprès de lui un saint homme, il se fait fort de se refaire une réputation. La gravure représente la scène de sa confession, qui est un morceau d'anthologie de tartufferie, que les deux frères écoutent à la dérobée :

« Les deux usuriers, qui craignaient fort que sire Chapelet ne les trompât, s'étaient placés contre un cloisonnage qui séparait d'une pièce voisine la chambre où gisait le notaire ; et là, prêtant l'oreille, ils entendaient et comprenaient aisément tout ce que sire Chapelet disait au frère. Et parfois ils étaient pris d'une telle envie de rire, en écoutant les choses dont il se confessait, qu'ils en éclataient presque. » (Folio, p. 72)

Sur la gravure, les deux frères usuriers n'écoutent pas la confession derrière une cloisons, mais carrément depuis la porte laissée entrouverte. Sur la droite au premier plan, la cassolette et le flacon posés sur la table sont probablement destinés à l'extrême onction.

 

Annotations :

1. Signé sous la gravure à gauche « Gravelot inv. », à droite « Le Mire Sc. ».
Sous la gravure au centre : « T. P. N. 4. »
2e signature dans la gravure, en bas à droite « N Le Mire Sculp ».

Objets :
Rideau(x) de lit
Lit de mort
La scène est observée par effraction
Sol quadrillé
Sources textuelles :
Boccace, Le Décaméron, vers 1350-1353
1ère journée, 1ère nouvelle

Informations techniques

Notice #010460

Image HD

Identifiant historique :
A9779
Traitement de l'image :
Photographie numérique
Localisation de la reproduction :
Collection particulière (Cachan)