Aller au contenu principal
Émeric comte de Tekeli (L’Espion Turc, 1742, t. 6)

Notice #012895

Image HD

Série de l'image :
[Marana,] L’Espion turc dans les cours des princes chrétiens, Londres, 1742
1742
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Imre comte Thököly de Késmárk, anciennement traduit en français sous la forme Éméric Tékéli (1656-1705), était un noble hongrois, à la tête de l’opposition aux Habsbourg à la fin du XVIIe siècle.
   En 1681, Imre Thököly conspire avec les Turcs du sultan Mehmed IV qui lui accorde le titre de prince de Haute Hongrie (la Slovaquie actuelle) avec un tribut annuel de 40 000 thalers.
   Le 21 août 1690 avec une armée de 6 000 hommes il écrase l’armée impériale à la bataille de Zernyest dans laquelle est tué Mihály III Teleki, un autre prétendant à la principauté de Transylvanie soutenu par les Autrichiens. Le 22 septembre 1690 il obtient de la Diète avec l’appui du Sultan le titre de prince de Transylvanie. Malgré la reprise de Belgrade par l’armée du Grand Vizir Kara Mustapha en octobre 1690, le reflux des Turcs s’accentue et Imre Thököly doit abandonner la Transylvanie le 25 octobre 1690.
   Il continue à servir au côté des Turcs lors des offensives victorieuses du prince Eugène de Savoie. Il est nommément exclu de l’amnistie promise aux nobles hongrois lors de la signature de la Paix de Karlowitz le 26 janvier 1699. Il doit résider avec son épouse dans l’empire turc jusqu’à sa mort le 13 septembre 1705.
Annotations :
3. Copie du portrait d’Emeric de Tekeli qui figure en frontispice de l’Histoire d’Emeric comte de Tekeli, ou Mémoires pour servir à sa Vie. Où l’on voit ce qui s’est passé de plus considerable en Hongrie depuis sa naissance jusques à present. Par ****. Cologne, chez Jacques de la Verité, 1693.
L’auteur en est Jean Clerc, cette histoire a été traduite en anglais.
Une seconde gravure représente, face à la p. 1, les Hongrois : elle est reprise dans l’Espion turc, éd. 1699, t. VI, face à la p. 363.