Aller au contenu principal

Bradamante entre dans la grotte de Merlin (Roland furieux, 1584, ch3) - G. Porro

Date :
1584
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Dimensions (HxL cm) :
20,4x13,9 cm
Sujet de l'image :
RĂ©sac yd 396
LĂ©gende

Analyse

Si Girolamo da Porro reprend la disposition gĂ©nĂ©rale de la gravure sur bois de l’édition Valgrisi, il modifie radicalement l’intĂ©rieur de la grotte et fait entrer au cƓur de la composition les exigences de la perspective.     Soulignons d’abord les emprunts Ă  1562, moins visibles dans cette gravure que dans les autres de la sĂ©rie : La partie supĂ©rieure est toujours occupĂ©e par les Ă©pisodes liminaire, la trahison de Pinabel, et final, les recommandations de MĂ©lisse Ă  Bradamante pour retrouver Roger. La direction et la rĂ©partition des personnages entre la droite et la gauche a Ă©tĂ© inversĂ©e, comme souvent lorsqu’une gravure en copie une autre. Pinabel fuit vers la droite en 1562, vers la gauche en 1584. Bradamante est placĂ©e au premier plan au centre gauche en 1562, Ă  droite en 1584. Le tombeau de Merlin se trouve Ă  gauche en 1562, Ă  droite en 1584. La postĂ©ritĂ© de Bradamante dĂ©file Ă  droite en 1562, Ă  gauche en 1584; les dĂ©mons Ă  gauche en 1562, Ă  droite en 1584.    
La volontĂ© de produire un effet de perspective dans la grotte a amenĂ© Girolamo Porro Ă  reprĂ©senter l’intĂ©rieur de la grotte non plus frontalement, mais latĂ©ralement : c’est le mur de droite qui devient le mur essentiel. Girolamo fera le mĂȘme choix et les mĂȘmes transformations pour le palais d’Alcine au chant VII ou le chĂąteau de Tristan au chant XXXIII.    
Contrairement au graveur de 1562, Girolamo Porro s’est prĂ©occupĂ© de la roche qui doit recouvrir la grotte de Merlin devant nous, nous empĂȘchant d’en voir l’intĂ©rieur : il a reprĂ©sentĂ© pour cette raison une bande de roche au centre de la gravure et ouvert artificiellement deux fenĂȘtres virtuelles pour nous permettre de regarder : l’espace de la grotte devient ainsi un espace scĂ©nique, sĂ©parĂ© des spectateurs par le « quatriĂšme mur » de la scĂšne thĂ©Ăątrale Ă  l’italienne. Les marches sur lesquelles Bradamante est agenouillĂ©e et prie mĂ©nagent une transition entre l’espace oĂč nous, lecteurs spectateurs, nous trouvons et l’espace restreint de la scĂšne proprement dite, Ă©levĂ© sur une estrade.    
Le tombeau de Merlin n’est plus traitĂ© comme une chambre sĂ©parĂ©e, comme la « chambre secrĂšte » dĂ©crite dans le texte de l’Arioste. La caverne est un espace unique, traitĂ© Ă  la maniĂšre des Ă©glises italiennes de la Renaissance : le tombeau est encastrĂ© dans le mur de la nef, et n’est sĂ©parĂ© de la travĂ©e centrale que par une colonnade trĂšs aĂ©rĂ©e. La postĂ©ritĂ© de Bradamante part de l’abside, contourne l’autel et longe le mur de gauche de la nef, symĂ©triquement au tombeau.    
Girolamo Porro nous invite ici Ă  parcourir l’espace de cette caverne-Ă©glise en deux temps : nous entrons d’abord avec Bradamante par la droite. MĂ©lisse nous conduit au tombeau de Merlin. Puis nous partons de MĂ©lisse et de Bradamante inscrites dans le pentacle au centre de l’église. Dans le sens des aiguilles d’une montre, nous suivons alors d’abord les dĂ©mons sur la droite, puis la postĂ©ritĂ© de Bradamante, depuis les descendants immĂ©diats de Roger, en tĂȘte de cortĂšge, jusqu’aux hĂ©ritiers actuels, dĂ©filant au fond de l’abside. Notre regard va dans le sens inverse du dĂ©filĂ©, de mĂȘme que la narration prĂ©sente comme une projection dans l’avenir (la postĂ©ritĂ© de Bradamante) ce qui est en fait une rĂ©trospection du passĂ© (les ancĂȘtres d’Hippolyte d’Este).    
Dans la partie supĂ©rieure de la gravure, l’épisode liminaire et l’épisode final ne sont pas rĂ©partis Ă  droite et Ă  gauche comme en 1562, mais l’un derriĂšre l’autre : le systĂšme mĂ©diĂ©val de bipartition spatiale n’a plus cours. Le dĂ©roulement dans le temps est identifiĂ© de plus en plus rigoureusement Ă  l’enfoncement dans la profondeur perspective.

Annotations :

1. La gravure est numĂ©rotĂ©e III dans un petit mĂ©daillon en haut au centre de la bordure. En haut Ă  gauche, numĂ©ro de la page, 22 et CANTO [TERZO, page de droite]. Sur la page 23, on lit l’argument suivant : « Tornata in se la bella Bradamante Troua Melissa in questa grotta; et ode Le molte che da lei felici piante Uscir doueano, & ogni guerrier prode. S’informa poi, per far vane d’Atlante L’arti, che’l fuo Ruggier le tien con frode, Con qual maniera al vil Brunello tolga L’anello, onde il fu’ amante, e gli altri sciolga. »

Composition de l'image :
Composition narrative. Plusieurs Ă©pisodes
Objets :
Spectateur au premier plan
Marches
Colonnade
Autre scĂšne au second plan
Autel
Sources textuelles :
Roland furieux, chant 03 (Bradamante dans la grotte de Merlin)
Sujet de recherche :
Iconographie du Roland furieux

Informations techniques

Notice #001300

Image HD

Identifiant historique :
A0619
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’ñge classique & les Lumiùres