Aller au contenu principal

L'abbaye de Longchamp sous Louis XV (L'Illustration, Journal universel, 30 avril 1859)

Date :
1859
Nature de l'image :
Lithographie
Ňíuvre sign√©e

Analyse

L'abbaye de Longchamp, aujourd'hui détruite, se trouvait à l'ouest du village d'Auteuil, dans l'actuel bois de Boulogne.

A l'arri√®re-plan au centre et √† droite, on entre dans¬†l'abbaye, ceinte de deux murs,¬†par une petite porte encadr√©e de deux tourelles √† encorbellement. Derri√®re ces murs, se trouvent une tour pigeonnier d'o√Ļ s'envolent une nu√©e d'oiseaux, quelques maisons, une chapelle avec une tour puis la grande √©glise ouverte de larges verri√®res sur deux niveaux, surmont√©e d'un clocher pointu. Derri√®re l'√©glise, le b√Ętiment conventuel est long et simple avec des fen√™tres parfois jumel√©es et des chiens-assis sur le toit. De nombreuses cal√®ches et des cavaliers convergent vers la porte de l'abbaye. Une foule compacte de badauds les regarde passer. Les carrosses sont richement orn√©s avec des laquets √† l'arri√®re. Ils transportent des femmes et son escort√©s de cavaliers portant perruque. A l'arri√®re-plan, on distingue le Mont-Val√©rien, sous forme d'une colline avec quelques constructions √† son sommet.

Le titre de cette lithographie double page r√©alis√©e pour le journal¬†L'Illustration¬†est peut-√™tre erron√©. C'est plut√īt sous Louis¬†XV que sous Louis¬†XIV qu'il faut situer la sc√®ne. C'est en effet au 18e si√®cle que¬†l'abbaye de Longchamp devient un lieu de promenade tr√®s pris√©¬†: ¬ę¬†Sous l'ancien pr√©texte d'aller entendre l'office √† Long-Champ, tout le monde sort de la ville¬†; c'est √† qui √©talera la plus magnifique voiture, les chevaux les plus fringans, la livr√©e la plus belle¬†¬Ľ, √©crit Louis-S√©bastien Mercier dans¬†Le Tableau de Paris¬†(chap. 122).

De 1735 √† 1740, Catherine-Nicole Lemaure, v√©ritable diva de l'Op√©ra dont la voix √©tait aussi sublime que le caract√®re capricieux, hu√©e sur sc√®ne pour avoir chant√© de mauvaise gr√Ęce, se retire √† l'abbaye. Elle transforme les messes en concerts, forme les religieuses au chant, obtient le concours des chŇďurs de l'Op√©ra de Paris. Le public est si nombreux dans l'√©glise de Longchamp qu'on ne peut en fermer les portes. Les concerts les plus fameux se donnaient durant la Semaine Sainte¬†: tout Paris se pressait pour ¬ę faire T√©n√®bres ¬Ľ √† Longchamp.¬†

Les pensionnaires de Longchamp étaient pour certaines très fortunées. Les concerts furent l'occasion de liaisons amoureuses qui défayèrent la chronique, au point que Mgr de Beaumont, archevêque de Paris, voulut fermer l'abbaye. Mais les concerts continuèrent…

La Promenade pour aller √† Longchamp devient un v√©ritable d√©fil√© de mode, o√Ļ les √©l√©gantes et les √©l√©gants se montrent aux badauds venus assister au spectacle. C'est ce qui explique la grande presse sur le chemin qui m√®ne √† l'abbaye, et situe bien la sc√®ne dans la 2e moiti√© du dix-huiti√®me si√®cle.

Annotations :

1. Sign√© en bas de l'image au ¬ę GODEFROY DURAND ¬Ľ.
Titre sous la signature : ¬ę LONCHAMP SOUS LOUIS XIV ¬Ľ.

Informations techniques

Notice #020023

Image HD

Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
Wikimedia commons