Aller au contenu principal
Anteros, c’est-à-dire Amour de la vertu (Alciat, Emblematum Libellus, 1542)

Notice #004898

Image HD

Série de l'image :
Andreas Alciatus, Emblematum Libellus, Paris, Wechel, 1542
1542
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Sujet de l'image :
Allégorie
Lieu de conservation :
Munich, Bayerische Staatbibliothek
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Paris, Bibliothèque de l’École normale supérieure

Analyse

Annotations :
1. Anteros id est, amor virtutis.
[Emblème] LXXXI.
Dic ubi sunt incurvi arcus? Ubi tela, Cupido ?
  Mollia queis iuvenum figere corda soles ?
Fax ubi tristis? Ubi pennae ? Tres unde corollas
  Fert manus? Unde aliam tempora cincta gerunt ?
Haud mihi vulgari est hospes cum Cypride quicquam,
  Ulla voluptatis nos neque forma tulit.
Sed puris hominum succendo mentibus ignes
  Disciplinae, animos astraque ad alta traho.
Quatuor ecque ipsa texo virtute corollas :
  Quarum, quae Sophiae est, tempora prima tegit.
2. Traduction française par Lefevre, Paris, Wechel, 1536 (même gravure) :
Amour de vertus.
Cupido où est l’arc & flesches dont tu tires ?
Ta torche ardent, tes esles d’ou vient que les retires ?
Et que as quatre chappeaux, ung au chef, au bras trois ?
Vecy pourquoy : Venus n’a rien en mes des trois :
De doctrine fais feu, es gens de scavoir chaulx :
Et eslieve leurs sens jusques vers les cieulx haulx.
De vertus ay dressé les chappeaux que je tiens.
Moral, & naturel, que en Logique retiens.