Aller au contenu principal
Pierre V de Parseval et sa famille - Voiriot

Notice #005300

Image HD

Série de l'image :
Paris, Salon de 1767
Auteur(s) :
Voiriot, Guillaume (1713-1799)
1767
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Sujet de l'image :
Portrait de famille (conversation piece)
Lieu de conservation :
Collection particulière
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Livret du Salon de 1767 :
    « Par M. Voiriot, Académicien.
    64. […]
    65. Un Tableau de Famille.
    De 7 pieds de haut, sur 5 pieds 6 pouces de large. »
   
    Le tableau représente Pierre V de Parseval, seigneur de Gonneville et de Frileuse, son épouse Anne-Henriette née André de La Guerche et cinq de leurs enfants, de gauche à droite: Alexandre Philbert Pierre de Parseval, Charles-René de Parseval Sieur de de Frileuse, François Marie de Parseval Sieur de la Thuilerie, Anne Sophie Augustine future épouse de Jacques de Saint-Didier, Augustine Scholastique Victoire, future épouse de Denis de Verman.
    Pierre V (1724-1782) succéda à son père Philbert I dans la charge de Fermier général. Il administra également l’hôtel-Dieu et l’hôpital des incurables à Paris. Ses deux fils aînés lui succédèrent à leur tour. Ils furent guillotinés pendant la Terreur. Seul son troisième fils François Marie (1761-1849) militaire, eut la vie sauve en émigrant en 1792.
   
   Commentaire de Diderot :
    « 64. Un tableau de famille et plusieurs portraits A droite, le père et la mère à un balcon ; au-dessous de ce balcon leurs petits enfants déguisés en marmottes et en marmots.La mère leur jette de l’argent sans les regarder ; elle tourne la tête vers son mari, et cette tête ne dit mot, non plus que celle du père. De plus ces deux figures muettes, sans caractère, sans expression, sont encore lourdes, courtes et grises. Si le balcon était percé en dessous et qu’elles fussent achevées, leurs jambes passeraient de beaucoup, à travers. Le reste ne vaut pas mieux. Mauvais tableau. C’est Voiriot, toujours Voiriot. Autres pères, mères et maîtres à châtier dans l’autre monde. Est-ce qu’au bout de six mois ou d’un an, le maître n’a pas vu que l’art résistait à l’élève. Cependant la foule s’attroupait autour de cette ineptie. O vulgus insipiens et inficetum ! » (Bouquins, p. 646)
Annotations :
2. Voir http://www.parseval.fr/pages/19floreal.html.
Vente Sotheby’s Monaco, 2 décembre 1994, lot 65.