Aller au contenu principal

La constance de Manius Curius Dentatus - Govert Flinck

Date :
1656
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Lieu de conservation :

Analyse

« AprĂšs avoir chassĂ© de l’Italie Pyrrhus, roi d’Epire, il distribua Ă  chaque citoyen romain quarante arpents de terre, et ne s’en rĂ©serva pas davantage Ă  lui-mĂȘme, en disant qu’il n’y avait pas un seul citoyen Ă  qui ce nombre ne dĂ»t suffire. Un jour les ambassadeurs des Samnites vinrent lui offrir des prĂ©sents, et le trouvĂšrent au coin de son feu, faisant cuire des raves. «J’aime, leur dit-il, Ă  voir ces lĂ©gumes dans mes pots de terre, et Ă  commander Ă  ceux qui ont de l’or. » (Aurelius Victor, De viris illustribus, XXXIII)

Voir Ă©galement la Vie de Caton le Censeur, de Plutarque :

« Or estoit d’aventure l’heritage de Manius Curius, celuy qui gaigna par trois fois l’honneur du triumphe, et la maison oĂč il estoit anciennement tenu, prochaine des terres de Caton, lequel y alloit Ă  l’esbat bien souvent : et voyant le peu de terre qu’il y avoit, et comment le logis estoit petitement et pauvrement basty, il pensoit en luy mesme quel personnage devoit avoir estĂ© celuy, qui estant le premier homme des Romains en son temps, et ayant vaincu et domptĂ© le plus fiĂšres et plus belliqueuses nations d'Italie, et en ayant chassĂ© dehors le roi Pyrrhus, labourait neanmoins et cultivoit avec ses propres mains ce peu de terre, et habitait en une si pauvre et si petite mestairie : en laquelle, aprĂšs ses trois triomphes, des ambassadeurs envoyez de la part des Samnites l'allĂšrent quelquefois visiter, et le prĂ©sentĂšrent de part leur communaultĂ© une bonne quantitĂ© d'or : mais il les renvoya avec leur or, n leur disant que ceux qui se contentoient d'un tel soupper, n'avoient que faire d'or ny d'argent : et que quant Ă  lui, il estimoit plus honorable, commander Ă  ceux qui avoient de l'or, que non pas en avoir. » (trad. Amyot, CFL I, §4, p. 686)

Annotations :

2. Ancien hĂŽtel de ville d’Amsterdam, maintenant Palais Royal, Dessus de cheminĂ©e sud de la salle du Conseil. 3. Pendant de l’IntrĂ©piditĂ© de Fabricius par Ferdinand Bol, auquel il est liĂ© par le thĂšme (exemples illustres de la vertu rĂ©publicaine des Romains) et l’époque (le conflit entre Rome et Pyrrhus).

Sources textuelles :
Plutarque (v46/49-v125)
Vie de Caton le censeur, §4

Informations techniques

Notice #005404

Image HD

Identifiant historique :
A4723
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
https://artsandculture.google.com (Google Arts & Culture)