Aller au contenu principal
Saint Luc dessinant la Vierge - Rogier van der Weyden

Notice #006944

Image HD

Auteur(s) :
Van der Weyden, Rogier, dit aussi Rogier de la Pasture (1400-1464)
Date :
Entre 1435 et 1452
Nature de l'image :
Peinture sur bois
Sujet de l'image :
Sujet d’histoire sacrée. Saint Luc peignant la Vierge
Lieu de conservation :
Boston, Museum of fine arts
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
93.153
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Collection particulière (Cachan)

Analyse

Annotations :
2. On lit dans La Légende dorée, à la Vie de Saint Grégoire : « La peste continuant à sévir, saint Grégoire ordonna que le jour de Pâques on promenât en porcession autour de la ville l’image de la saite Vierge que possède l’église de Sainte-Marie-Majeure, et qui fut peinte, dit-on, par saint Luc, aussi habile dans l’art de la peinture que dans celui de la médecine. Et aussitôt l’image sacrée dissipa l’infection de l’air. » (GF, 1, 223.)
Lors de son pélerinage à Rome, en 1450, Rogier visita certainement l’église Sainte-Marie-Majeure, où il dut voir une icône de la Vierge attribuée à saint Luc.
La dendrochronologie fait apparaître 1410 comme date des panneaux de bois les plus récents, ce qui après quinze années d’aubier et dix de séchage, situerait la première date d’exécution possible vers 1435-1440.
Ce tableau fut commandé à Rogier van der Weyden par la guilde des peintres de Bruxelles pour la chapelle de saint Luc dans l’église Sainte-Gudule à Bruxelles. Cette chapelle fut ensuite détruite et l’œuvre aurait été remplacée par une de ses copies. L’original s’est retrouvé dans la collection de l’Infant Don Sebastian Gabriel Borbon y Braganza de 1811 à 1875. Ensuite, il a été confisqué et exposé au Musée national de Madrid vers 1853 pour être restituée à l’Infant en 1859. C’est à New York, le 5 et 6 avril 1889 que le tableau est vendu. Enfin, le 30 mai 1893, le musée de Boston reçoit l’œuvre de Rogier par don de Mr et Mrs Henry Lee Higginson.
3. Autre version au musée de l’Ermitage à Saint-Petersbourg (bois transposé sur toile). Une autre encore se trouve à l’ancienne Pinacothèque de Munich.
Cette composition a été ensuite tissée en tapisserie (Musée du Louvre, collection de Louis XII).
Le musée de Boston possède également une déposition de croix de Rogier van der Weyden.