Aller au contenu principal

Le coucher de la mariée - Baudouin

SĂ©rie de l'image :
Date :
1767
Nature de l'image :
Gouache
gouache sur sanguine & tr de mine de Pb sur pap vergé
Dimensions (HxL cm) :
36x31,7
n° 28441

Analyse

Livret du Salon de 1767 : 

« Par M. Baudouin, Académicien.
73. Le Coucher de la Mariée. » 

Commentaire de Diderot : 

« 1. Le coucher de la mariée A gouache.
Entrons dans cet appartement et voyons cette scĂšne. A droite, cheminĂ©e et glace. Sur la cheminĂ©e et devant la glace, flambeaux Ă  plusieurs branches et allumĂ©s. Devant le foyer, suivante accroupie qui couvre le feu. DerriĂšre celle-ci, autre suivante accroupie qui, l’éteignoir Ă  la main, se dispose Ă  Ă©teindre les bougies des bras attachĂ©s Ă  la boiserie. Au cĂŽtĂ© de la cheminĂ©e en s’avançant vers la gauche, troisiĂšme suivante debout, tenant sa maĂźtresse sous les bras et la pressant d’entrer dans la couche nuptiale. Cette couche, Ă  moitiĂ© ouverte, occupe le fond. La jeune mariĂ©e s’est laissĂ©e vaincre. Elle a dĂ©jĂ  un genou sur la couche ; elle est en dĂ©shabillĂ© de nuit. Elle pleure. Son Ă©poux, en robe de chambre, est Ă  ses pieds et la conjure. On ne le voit que par le dos. Il y a au chevet du lit une quatriĂšme suivante qui a levĂ© la couverture. Tout Ă  fait Ă  gauche sur un guĂ©ridon, un autre flambeau Ă  branches ; sur le devant du mĂȘme cĂŽtĂ© une table de nuit, avec des linges.
Monsieur Baudouin, faites-moi le plaisir de me dire en quel lieu du monde cette scĂšne s’est passĂ©e. Certes ce n’est pas en France. Jamais on n’y a vu une jeune fille bien nĂ©e, bien Ă©levĂ©e, Ă  moitiĂ© nue, un genou sur le lit, sollicitĂ©e par son Ă©poux, en prĂ©sence de ses femmes qui la tiraillent. Une innocente prolonge sans fin sa toilette de nuit. Elle tremble. Elle s’arrache avec peine des bras de son pĂšre et de sa mĂšre. Elle a les yeux baissĂ©s. Elle n’ose les lever sur ses femmes. Elle verse une larme. Quand elle sort de sa toilette pour passer vers le lit nuptial, ses genoux se dĂ©robent sous elle. Ses femmes sont retirĂ©es, elle est seule, lorsqu’elle est abandonnĂ©e aux dĂ©sirs, Ă  l’impatience de son jeune Ă©poux. Ce moment est faux. Il serait vrai qu’il serait d’un mauvais choix. Quel intĂ©rĂȘt cet Ă©poux, cette Ă©pouse, ces femmes de chambre, toute cette scĂšne peut-elle avoir. Feu notre ami Greuze n’eĂ»t pas manquĂ© de prendre l’instant prĂ©cĂ©dent, celui oĂč un pĂšre, une mĂšre envoient leur fille Ă  son Ă©poux. Quelle tendresse ! quelle honnĂȘtetĂ© ! quelle dĂ©licatesse ! quelle variĂ©tĂ© d’actions et d’expressions dans les frĂšres, les sƓurs, les parents, les amis, les amies, quel pathĂ©tique n’y aurait-il pas mis. Le pauvre homme que celui qui n’imagine dans cette circonstance qu’un troupeau de femmes de chambre.
Le rĂŽle de ces suivantes serait ici d’une indĂ©cence insupportable, sans les physionomies ignobles, basses et malhonnĂȘtes que l’artiste leur a donnĂ©es. La petite mine chiffonnĂ©e de la mariĂ©e, l’action ardente et peu touchante du jeune Ă©poux vu par le dos, ces indignes crĂ©atures qui entourent la couche, tout me reprĂ©sente un mauvais lieu. Je ne vois qu’une courtisane qui s’est mal trouvĂ©e des caresses d’un petit libertin et qui redoute le mĂȘme pĂ©ril sur lequel quelques-unes de ses malheureuses compagnes la rassurent. Il ne manque lĂ  qu’une vieille.
Rien ne prouve mieux que l’exemple de Baudouin combien les mƓurs sont essentielles au bon goĂ»t. Ce peintre choisit mal ou son sujet ou son instant. Il ne sait pas mĂȘme ĂȘtre voluptueux. Croit-il que le moment oĂč tout le monde s’est retirĂ©, oĂč la jeune Ă©pouse est seule avec son Ă©poux n’eĂ»t pas fourni une scĂšne plus intĂ©ressante que la sienne. » (Ver IV 667-9)

Annotations :

2. Acheté en 1984.
C’est ici l’étude prĂ©paratoire du tableau dĂ©finitif, exĂ©cutĂ© Ă©galement Ă  la gouache, qui Ă©tait destinĂ© au marquis de Marigny, pour son mariage. C’est cette Ă©tude qui fut exposĂ©e au Salon de 1767.
3. Gravé par Moreau le jeune et Simonet, avec quelques modifications.

Objets :
Lit

Informations techniques

Notice #007050

Image HD

Identifiant historique :
A6369
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Collection particuliĂšre (Cachan)
Bibliographie :
Le Goût de Diderot. Greuze, Chardin, Falconet, David, Hazan, 2013
Cat. 19, p. 117