Aller au contenu principal
La Relation veritable… sur la mort de Voiture (Scarron, G. de Luyne, 1659)
La Relation veritable… sur la mort de Voiture (Scarron, G. de Luyne, 1659)

Notice #007742

Image HD

Artiste :
Stefano della Bella (1610-1664)
Date :
1659
Date incertaine
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Sujet allégorique. Le Parnasse
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque de l’Arsenal
8-BL-12088

Analyse

Analyse de l'image :

Scarron est représenté assis de dos en conversation avec les neuf muses.
   Au-dessus, Pan et un satyre jouent de la flûte.
   Tout en haut Pégase faisant jaillir la source Hippocrène.
   
   Selon la légende, ici parodiée et détournée, un concours de chant aurait été organisé entre les neufs Muses, déesses des arts, et les neuf Piérides, de jeunes chanteuses qui défièrent ainsi les Muses. L’épreuve se déroula sur le mont Hélicon, qui fut si charmé par les chants qu’il se mit à enfler de plaisir, à tel point qu’il menaçait d’atteindre le ciel. Zeus, ou Poséidon, ordonna au cheval ailé Pégase de ramener la montagne à sa taille normale. Pégase frappa la montagne d’un coup de sabot et le Mont Hélicon lui obéit.
   
   Par sa pliure, la toile du dossier de la chaise de Scarron fait penser au voile de la véronique : au moment où Scarron soustrait son visage, sa chaise présente le support où s’est imprimé le visage par excellence, la face du Christ. Mais c’est une véronique vide.

Annotations :

2. Volume in-12 des Œuvres de M. Scarron, reliant ensemble différents opuscules.
A la fin du volume, on trouve, précédée de cette gravure frontispice,
LA | RELATION | VERITABLE | De tout ce qui s’est passé en | l’autre Monde, au combat | des Parques & des Poëtes, | Sur la Mort de VOITVRE. | [Vignette : pannier, fleurs et fruits ] | Imprimé A ROUEN, Et se vend | A PARIS, | Chez GVILLAVME DE LVYNE, | Libraire Iuré, au Palais, dans la | Salle des Merciers, à la Iustice. | [Filet] | M. DC. LIX. | Auec Priuilege du Roy.
3. Cette gravure n’est pas signée, contrairement à la gravure originale (en bas à droite, éd. de Paris, T. Quinet, 1648, voir Bnf YE-1262 et Ars 4-BL-3354 (2)), dont ce serait ici la réduction et probablement la contrefaçon. Il existe aussi des variantes avec inscriptions sur le dos de la chaise : « Aetatis suae 31 » (gravure originale, voir lien, et frontispice des œuvres de Scarron, sans date, du 17e) et « M.r Scaron agé de 30 ans » (Oeuvres complètes de Scarron, Paris, Michel David, 1731).