Aller au contenu principal
Jacopo Pesaro présenté à saint Pierre par le pape - Titien

Notice #008310

Image HD

Artiste :
Titien, Tiziano Vecelli dit (1485 ou 1488-1576)
Date :
Entre 1502 et 1512
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Sujet de l'image :
Histoire moderne. 16e siècle. Italie
Lieu de conservation :
Anvers, Musée royal des Beaux-Arts
Dimensions (HxL cm) :
145x183

Analyse

Analyse de l'image :
A droite, le pape encourage et recommande, de sa main gauche, le vénitien Jacopo Pesaro, commandant des flottes papales lors de la victoire de 1502 contre les Turcs, devant saint Pierre, assis sur un pédestal où l’on distingue des reliefs antiques, et reconnaissables auxc clefs du Paradis disposées à ses pieds.
   Pesaro est vêtu de la cape noire des chevaliers de Malte et porte un étendard aux armes du pape Alexandre VI.
   La composition de ce tableau obéit encore au modèle médiéval, performatif, de la présentation. L’espace se divise en deux : à gauche, le saint (ou le roi), à droite, les personnages (dévots, chevaliers) qui lui sont présentés. Saint Pierre doit à la fois faire face au spectateur et à ses visiteurs, d’où la position de trois quarts.
   Mais déjà, toute une série d’éléments font basculer le tableau vers un dispositif scénique : c’est d’abord l’espace vague de la lagune vénitienne au fond. Puis le dallage du sol délimite pour la scène un espace restreint permettant d’exagérer la profondeur perspective, comme au théâtre. Au centre, le casque de Pesaro posé à terre fait office de miroir convexe, par lequel la fonction scopique est mise en œuvre : le casque fonctionne comme un œil posé sur la scène. Enfin, le manche du drapeau, entre Pesaro et saint Pierre, barre l’échange de leurs regards.
   La différence entre le monde profane et la représentation du saint est à peine marquée, par la différence de hauteur. On distingue tout juste l’auréole de Pierre, dont le piédestal semble être un bas-relief païen. Pas de nuée miraculeuse, pas de fond doré ostentatoire : au contraire, la sobre tunique de Pierre contraste avec le manteau d’or du pape.