Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Montpellier
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Valmont écrit du lit d’Émilie (Les Liaisons dangereuses, 1796 fig5) - Monnet
Valmont écrit du lit d’Émilie (Les Liaisons dangereuses, 1796 fig5) - Monnet Auteur : Monnet, Charles (1732-après 1808)
Œuvre signée.
Graveur : Lingée, Charles Louis (1748-1819)

Cette notice fait partie d’une série : Laclos, Les Liaisons dangereuses, Londres, 1796 (pièce ou n° 5 / 15)

Datation : 1796

Source textuelle : Laclos, Les Liaisons dangereuses (1782) L. 47

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Dimensions :  Hauteur 14,4 * Largeur 9 cm

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, p Z 1205 (4-5)
Notice n° A1212   (n°20 sur 35)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Valmont écrit sur Émilie (Les Liaisons dangereuses, Londres 1820 fig2) - Dévéria // Valmont écrit à Mme de Tourvel entre les bras d’Émilie - Lavreince

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Au-dessus de la gravure à gauche « Tome I. », à droite « Page 207 ».
Signé sous la gravure à gauche « C. Monnet del[ineavit] », à droite « Lingée ».
Légende sous la gravure : « J’ai trouvé plaisant d’envoyer à ma belle dévote une lettre écrite du lit d’une fille. »

Analyse de l’image :
     Valmont s’est échappé de sa retraite chez Mme de Rosemonde, où il poursuit la double séduction de Cécile Volanges et de Mme de Tourvel, pour replonger un moment dans le tourbillon parisien. Il y a retrouvé une ancienne maîtresse, Émilie, à qui un riche Hollandais vient d’offrir une maison pour prix de ses faveurs. Valmont s’invite au repas qui fête l’installation d’Émilie dans sa maison, enivre le Hollandais, prend sa place dans le lit d’Émilie et écrit sur son dos une lettre d’amour à la « belle dévote », Mme de Tourvel.
    Émilie a eu la complaisance « de me servir de pupitre pour écrire à ma belle dévote », écrit Valmont à Mme de Merteuil (lettre 47). Dans son « épître » à Mme de Tourvel, il précise cyniquement le dispositif : « l’air que je respire est plein de volupté ; la table même sur laquelle je vous écris, consacrée pour la première fois à cet usage, devient pour moi l’autel sacré de l’amour ; combien elle va s’embellir à mes yeux ! j’aurai tracé sur elle le serment de vous aimer toujours ! » (Lettre 48, GF p. 180.)
    On peut considérer ce dispositif comme emblématique de l’ensemble du roman, ce qui explique qu’il ait été illustré à plusieurs reprises. Le principe du roman est en effet la conjonction de la distance, de la maîtrise épistolaire avec l’abandon, la fusion de la jouissance libertine. Jamais la conjonction ne sera mieux réalisée que dans ce dispositif où l’acte sexuel et l’acte épistolaire, où le corps érotique et le support du texte sont confondus.
    Cette gravure est la seule où Émilie soit retournée. Elle s’inspire peut-être de la gravure imaginée par Lavreince pour la même scène, où l’on trouvait déjà le baldaquin ouvert, la canne et le chapeau abandonnés, la petite table de chevet. Mais tous ces éléments sont topiques pour une telle scène et la disposition des personnages est ici complètement renversée. Valmont n’écrit plus sur les genoux d’Émilie, il n’est plus habillé, assis sur un fauteuil à côté du lit : c’est en chemise, et sur la croupe de sa maîtresse qu’il rédige, installé au milieu du lit. Monnet traite le sujet pratiquement dans la manière pornographique, là où les autres illustrateurs se contentent de suggestions libertines plus discrètes. (S. L.)


Sujet de recherche : B. Tane, Iconographie des Liaisons dangereuses
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier    Commande n° 9608514 du 11/06/1996    Cliché n° B23176
Localisation de la reproduction : Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Benoît Tane     Date de création : 15/02/2003
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.