Aller au contenu principal
Valmont écrit sur Émilie (Les Liaisons dangereuses, Londres 1820 fig2) - Dévéria

Notice #002148

Image HD

Série de l'image :
Laclos, Les Liaisons dangereuses, Londres, 1820
Auteur(s) :
Touzé, Pierre, Colombe (1787 ou 1788-?)
Deveria, Achille Jacques Jean (1800-1857)
Date :
1820
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Montpellier, Médiathèque centrale d’agglomération Émile Zola
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
V3547
Sujet de recherche :
B. Tane, Iconographie des Liaisons dangereuses
Traitement de l'image :
Photo numérique
Date de commande :
18/04/2003
Localisation de la reproduction :
Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières

Analyse

Analyse de l'image :
Dévéria moralise la scène libertine imaginée par Laclos. Il n’est plus question ici de confondre l’acte sexuel et l’acte d’écrire, la nuit d’amour de Valmont avec une demie-mondaine qu’il a volée à son souteneur et la lettre de séduction cynique envoyée à la présidente de Tourvel, la « belle dévote ».
    Ici, Valmont et Émilie se font face, se regardent dans les yeux comme deux amants heureux et paisibles. La lettre n’est plus écrite sur le dos d’Émilie, mais, plus décemment, sur son ventre, rendant plus qu’improbable la position des jambes de Valmont. Il est vrai que Laclos ne parle jamais explicitement du dos d’Émilie : « elle me servit de pupitre ».
Annotations :
1. Tome 1re Page 164 [hd ext]/ Deveria del.[ineavit] [bd] Touzé sculp.[sit] [bg]/ Elle me servit de pupitre pour/ écrire à ma belle dévote. [dans le cadre qui prolonge d’un filet le bord de l’estampe]. 2. Dans l’ex. de Montpellier, cette estampe est placée en frontispice du volume 1.