Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La Mort de Simon de Montfort (H. Martin, Hist. de France, 1886) - Bayard
La Mort de Simon de Montfort (H. Martin, Hist. de France, 1886) - Bayard Auteur : Bayard, Émile Antoine (1837-1891)
Graveur : Burgun, Georges Marcel, peintre (et graveur ?) français du 19-20e siècle

Cette notice fait partie d’une série : Henri Martin, Histoire de France populaire, Paris, Furne-Jouvet, s. d. (pièce ou n° 62 / 116)

Datation : 1886

Sujet de l’image : Histoire moderne. 13e siècle. France
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Objets indexés dans l’image :
Cheval / Muraille, enceinte

Nature de l’image : Gravure
Dimensions :  Hauteur 13,8 * Largeur 10,5 cm

Lieu de conservation : Collection particulière (Cachan)
Notice n° A3944   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé en bas à gauche « G. BURGUN », à droite « Emile Bayard ».
2. Chapitre XXIII, « La Guerre des Albigeois. (1198-1237.) », p. 257.

Analyse de l’image :
     « [Simon] courut aux Toulousains, et les rechassa jusqu’au fossé de la ville ; mais là ils tinrent ferme, soutenus par les archers et par les machines de guerre, qui, du haut des remparts, faisaient pleuvoir pierres et dards sur les croisés. Le frère de Simon tomba percé d’une flèche. Simon descendit de cheval en disant amèrement : “Frère, Dieu nous a pris en courroux !”
    Tandis qu’il se lamentait sur son frère, voici qu’il y avait dans la ville, sous un sorbier, près la grande abbaye de Saint-Cernin, une machine à lancer des pierres, et les femmes et les filles de la ville tendirent et tirèrent la machine, et, dit la chronique, la pierre vint tout droit où il fallait.
    La pierre écrasa le casque et la tête de Simon, et il tomba mort.
    Il y eut dans Toulouse une telle joie, que tout ce peuple parut oublier en un jour dix ans de malheurs, car le fléau du midi n’existait plus (25 juin 1218). »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 08/12/2005
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.