Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Aller où les dieux vous appellent (Alciat, Emblematum Libellus, 1542)
Aller où les dieux vous appellent (Alciat, Emblematum Libellus, 1542)
Cette notice fait partie d’une série : Andreas Alciatus, Emblematum Libellus, Paris, Wechel, 1542 (pièce ou n° 78 / 116)

Datation : 1542

Sujet de l’image : Allégorie

Nature de l’image : Gravure sur bois

Lieu de conservation : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Notice n° A4215   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Qua Dii vocant eundum (Emblèmes d’Alciat, 1551)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Qua Dii vocant eundum. [Emblème] LXXVII. In trivio mons est lapidum: supereminet illi   Trunca Dei effigies, pectore facta tenus. Mercurii est igitur tumulus: suspende viator   Serta Deo, rectum qui tibi monstret iter. Omnes in trivio sumus, atque hoc tramite vitae   Fallimur, ostendat ni Deus ipse viam. 2. Traduction française par Lefevre, Paris, Wechel, 1536 (même gravure) : Aller ou dieu appelle. Scais tu que signifie Mercure, Sur ung mur estant pres la voye: Et qui de la monstrer prand cure, Affin que nul ne se fourvoye? Ce veult dire, que dieu pourvoye En ce mondain chemin les hommes. Car sans son ayde, on se desvoye En tant de faulx sentiers, ou sommes.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Paris, Bibliothèque de l’École normale supérieure
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 18/02/2006
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 15/05/2017
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.