Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Les Hommes-taureaux (Rétif, Découverte australe, 1781)
Les Hommes-taureaux (Rétif, Découverte australe, 1781) Auteur : Binet, Louis (1744-1800)

Cette notice fait partie d’une série : Rétif de la Bretonne, La Découverte australe par un homme volant, 1781 (pièce ou n° 10 / 22)

Datation : 1781

Source textuelle : Rétif de la Bretonne, La Découverte australe (1781) Voyages aux pays de nulle-part, Laffont, Bouquins, 1990, p. 1184-1186

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)

Lieu de conservation : Troyes, Médiathèque du Grand Troyes, DG 10149
Notice n° B2071   (n°10 sur 22)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Au-dessus de l’iùage, à gauche : « IIe Vol. 300. »
Titre sous l’image : « Les Hommes-taureaux »
Légende en note sur la page de gauche : « (*) 9.me Estampe : Une Femme-genisse recevant des provisions que lui donne Alexandre, tandis qu’un homme-taureau les regarde fièrement tous-deux. »
(Le texte porte par erreur 9e pour 10e.)

Analyse de l’image :
     « Ils furent réveillés dès l’aurore par un beuglement épouvantable. Ils regardèrent autour d’eux, et ils virent des espèces d’hommes cueillant et broutant l’herbe, qui s’appelaient les uns les autres. Ils étaient couverts d’un poil fauve, avaient une grande queue, et surtout leur front était orné de belles et fortes cornes, très longues, droites, lisses et luisantes. [...] Les hommes-taureaux venaient d’apercevoir les trois voyageurs, et ils les contemplaient avec étonnement, mais sans effroi. Ils parurent ensuite se consulter, sans parler ni mugir, et seulement par leurs regards. Après un moment de cette délibération muette, ils mirent sur une première ligne les mâles les mieux cornus et les plus vigoureux, derrière lesquels il se forma une seconde ligne ; puis une autre ; enfin la quatrième et les deux suivantes furent composées des femmes et des filles-génisses, qu’on reconnaissait facilement à la délicatesse de leurs cornes couleur de chair fort agréable, au lieu que celles des hommes étaient couleur de marron, et un peu noires par le bout. Toute la troupe forma donc un cercle épais autour des trois hommes-volants pour les environner, et s’avança en rétrécissant le cercle et en serrant davantage chaque homme-taureau l’un contre l’autre. Quand ils furent à vingt pas, on n e vit qu’une forêt de cornes extrêmement pressées. [...] Alexandre s’avança, ayant à la main du pain de froment et quelques beaux fruits. Les hommes-cornus l’attendirent ; les femmes surtout, le voyant approcher, vinrent au premier rang et le regardaient de tous leurs yeux. Il fut très bien reçu. Il fit les présents aux principaux, et réserva un morceau de pain et une belle panate (c’est le nom du fruit-à-pain) pour la plus jolie et la plus apparente des filles-génisses* qui s’étaient avancées fort près de lui. Il lui offrit ces présents avec beaucoup de grâce. La fille rougit jusqu’au bout des cornes et parut intimidée, mais voyant l’air affectueux de l’homme sans cornes, elle reçut son présent dont elle goûta sur-le-champ et alla partager le reste à ses compagnes. Dès qu’Alexandre eut fait son présent, tous les hommes-taureaux mugirent, mais c’était d’applaudissement, car un vieillard, dont les cornes avaient cinq pieds de haut, qui paraissait le père de la jeune fille-génisse, sortit de la foule et vint présenter la main au jeune homme-volant. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Troyes, Médiathèque du Grand Troyes
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 14/08/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.