Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

L’oiseau bleu (Cabinet des fées T3, 1717)

Notice précédente Notice n°19 sur 83 Notice suivante

Date :
1717
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
LL 2385_3

Analyse

Le roi Charmant changé en Oiseau bleu par Soussio, la marraine fée de Truitonne, volette autour de la fenêtre de la tour où Florine, qu’il aime, a été enfermée. Il entend la jeune fille se plaindre.

« L’oiseau curieux ne manqua pas de revenir la nuit suivante : il faisait clair de lune. Il vit une fille à la fenêtre de la tour, qui commençait ses regrets : “Fortune, disait-elle, toi qui me flattais de régner, toi qui m’avais rendu l’amour de mon père, que t’ai-je fait pour me plonger tout d’un coup dans les plus amères douleurs ? Est-ce dans un âge aussi tendre que le mien qu’on doit commencer à ressentir ton inconstance ? Reviens, barbare, s’il est possible ; je te demande, pour toutes faveurs, de terminer ma fatale destinée.”
L’Oiseau Bleu écoutait ; et plus il écoutait, plus il se persuadait que c’était son aimable princesse qui se plaignait. Il lui dit : “Adorable Florine, merveille de nos jours, pourquoi voulez-vous finir si promptement les vôtres ? vos maux ne sont point sans remède.
   - Hé ! qui me parle, s’écria-t-elle, d’une manière si consolante ?
   - Un roi malheureux, reprit l’Oiseau, qui vous aime et n’aimera jamais que vous.
   - Un roi qui m’aime ! ajouta-t-elle : est-ce ici un piège que me tend mon ennemie ? Mais, au fond, qu’y gagnera-t-elle ? Si elle cherche à découvrir mes sentiments, je suis prête à lui en faire l’aveu.
   - Non, ma princesse, répondit-il : l’amant qui vous parle n’est point capable de vous trahir.”
En achevant ces mots, il vola sur la fenêtre. Florine eut d’abord grande peur d’un oiseau si extraordinaire, qui parlait avec autant d’esprit que s’il avait été homme, quoiqu’il conservât le petit son de voix d’un rossignol ; mais la beauté de son plumage et ce qu’il lui dit la rassura.
   “M’est-il permis de vous revoir, ma princesse ? s’écria-t-il. Puis-je goûter un bonheur si parfait sans mourir de joie ? Mais, hélas ! que cette joie est troublée par votre captivité et l’état où la méchante Soussio m’a réduit pour sept ans !
   - Et qui êtes-vous, charmant Oiseau ? dit la princesse en le caressant.
   - Vous avez dit mon nom, ajouta le roi, et vous feignez de ne pas me connaître.
   - Quoi ! le plus grand roi du monde, quoi ! le roi Charmant, dit la princesse, serait le petit oiseau que je tiens ? »

Items :
Tour
Oiseau(x)
Fenêtre
Sources textuelles :
Mme d’Aulnoy, L’Oiseau bleu (CdF, 1697, t1)

Informations techniques

Notice #010035

Image HD

Identifiant historique :
A9354
Traitement de l'image :
Image web