Aller au contenu principal

L’enchanteur (Cabinet des fées T7, Les Fées. Contes des contes, 1716)

Notice précédente Notice n°59 sur 83 Notice suivante

Date :
1717
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Lieu de conservation :
Res/P.o.gall. 315-7/8

Analyse

La mère de Carados a puni son fils en lui attachant au bras un serpent. Sa colère s'étant adoucie, il s'agit de débarrasser le jeune prince du serpent qui enlace son bras. On demande à Adélis, amoureuse de Carados, de servir d'appât :

« On fit porter deux grandes cuves, l’une pleine de vinaigre, & l’autre pleine de lait, qu’on mit à trois pieds l’une de l’autre. Carados se devoit mettre dans celle de vinaigre, & Adelis dans celle de lait. La Princesse se hâta elle-même de deshabiller Carados ; (cet employ luy étoit bien doux) & quand il fut dans la cuve, elle se mit promptement dans l’autre. La serpente qui étoit au bras de Carados, & qui haïssoit le vinaigre, devoit se détacher de son bras, & sauter dans la cuve de lait qu’elle aimoit fort, & devoit s’attacher au sein d’Adelis.
Le Roy Candor étoit au milieu des deux cuves, son épée en l’air pour fraper la serpente dans le temps qu’elle s’élanceroit.
La fidelle Adelis avoit le bout du ſein hors de la cuve, & appelloit tendrement la serpente ; & voyant qu’elle ne venoit pas assez tôt selon ſes desirs, elle se mit à chanter ces paroles d’une voix charmante… »

Annotations :

2. Cette vignette est une réduction de la gravure pleine page de l’édition originale de 1698, p. 133.

Sources textuelles :
Mlle de La Force, Les Fées. Contes des contes (1698), L’Enchanteur

Informations techniques

Notice #010071

Image HD

Identifiant historique :
A9390
Traitement de l'image :
Image web