Aller au contenu principal
Cybèle éveillant le Sommeil - Toussaint Dubreuil

Notice #001106

Image HD

Artiste :
Dubreuil, Toussaint (1561-1602)
Date :
Entre 1572 et 1602
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Sujet de l'image :
Sujet mythologique. Cybèle
Lieu de conservation :
Fontainebleau, Musée national du château
salle 4
Dimensions (HxL cm) :
97x117
N° de commande :

Analyse

Analyse de l'image :
Franciade, livre II. Cybèle, protectrice des Troyens (voile en arrière de la tête en signe de fécondité, couronne bastillée, char traîné par des lions), va trouver dans sa grotte le Sommeil et le réveille. Elle lui demande d’envoyer un rêve à Dicé, roi de Crète, à ses deux filles, à Francus et aux autres Troyens rescapés. Ce rêve permettra à Francus d’obtenir l’hospitalité de Dicé. Dubreuil a pu s’inspirer également, dans les Métamorphoses d’Ovide, du passage où Iris vient trouver le Sommeil (XI, 583-709) : comme chez Ovide, la déesse éloigne de sa main droite les songes aux ailes de chauve-souris, et sa robe claire illumine la grotte sombre. C’est à Ovide également que Dubreuil emprunte les enfants de Sommeil, Morphée de dos repoussant les songes, Phobétor (derrière Cybèle, presque dans son voile) et Phantasos, dont le corps se confond avec la terre, au fond. La chouette et les masques symbolisent la Nuit.
Annotations :
2. Fait pour le Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye. Appartient à un cycle décoratif illustrant la Franciade, dont on a conservé en plus de celui-ci trois autres tableaux : Dicé offrant un banquet à Francus (Louvre), Le Lever et la toilette de Hyante et de Climène (Louvre), Hyante saluée par Francus (Fontainebleau, fgt). 3. Le Sommeil ne fait-il pas songer aux représentations traditionnelles de Saturne mélancolique, par exemple à la gravure de Giulio Campagnola évoquée par Panofsky (Saturne et la mélancolie, n°45, p. 336).