Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

Benoît démasque la ruse de Totila (Monte Oliveto, Vie de saint Benoît) - Signorelli

Notice précédente Notice n°28 sur 36 Notice suivante

Date :
Entre 1497 et 1498
Nature de l'image :
Fresque
Lieu de conservation :
Fresque du côté ouest du cloître, n°27 de la série.

Analyse

« Lorsque les Goths faisaient la guerre en Italie, leur Roi Totila apprit que le saint Abbé avait l’esprit de prophétie, et se mit en chemin pour aller à son monastère. En étant encore assez éloigné, il s’arrêta, et envoya dire au Saint, qu’il l’irait voir. On lui fit réponse qu’il pouvait venir à l’heure même s’il lui plaisait, mais comme ce prince aimait à user d’artifices, et à tromper, il voulut éprouver si l’homme de Dieu avait l’esprit de prophétie. Pour cet effet il donna sa chaussure à un de ses Écuyers appelé Riggon, il le fit revêtir de ses habits royaux, et lui ordonna d’aller trouver l’homme de Dieu comme s’il eût été le Roi même. Il voulut de plus que les trois Seigneurs de sa Cour, qui étaient le plus souvent auprès de la personne, savoir Vult, Rudiric, et Blindin accompagnassent Riggon, pour lui faire honneur, et que faisant semblant de le reconnaître pour le Roi Totila, ils se tinssent autour de lui, lorsqu’ils seraient devant l’homme de Dieu. Il donna encore à Riggon des Gardes, et mit d’autres personnes à sa suite ainsi que ces marques de respect, et la pourpre dont il était revêtu, le distinguassent et le fissent passer pour le prince même. Riggon ainsi couvert de ces habits Royaux, et suivi de tant de personnes, qui lui faisaient honneur, entra dans le monastère, et aperçut l’homme de Dieu, qui était assis dans un lieu assez, éloigné. Le Saint le voyant arriver, attendit qu’il fût assez près, pour pouvoir entendre sa voix, et alors il lui cria : Mon fils, quittez, quittez l’habit que vous portez, il n’est pas à vous. A ces paroles Riggon tomba à terre, pénétré de crainte. et tout confus de ce qu’il avait présumé de pouvoir se jouer d’un si grand homme. Tous ceux qui étaient, venus avec lui, se prosternèrent aussi s’étant ensuite relevés, ils n’osèrent pas s’approcher du serviteur de Dieu, mais s’en retournèrent vers leur Roi, et lui dirent en tremblant avec quelle promptitude leur feinte avait été découverte. » (Dialogues de Grégoire le Grand, livre II, chap. 14)

Items :
Paysage à l’arrière-plan
Estrade
Sources textuelles :
Grégoire le Grand, Dialogues (593-594)

Informations techniques

Notice #011706

Image HD

Identifiant historique :
B1025
Traitement de l'image :
Image web