Aller au contenu principal
La conjuration de Claudius Civilis - Rembrandt

Notice #012250

Image HD

Auteur(s) :
Rembrandt Harmensz (ou Harmenszoon) van Rijn (1606-1669)
Date :
1662
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Sujet de l'image :
Sujet historique. Claudius Civilis (en fait Caius Juius Civilis, 69-70 apr. JC)
Lieu de conservation :
Stockholm, Nationalmuseum
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
L’histoire est racontée par Tacite dans les Histoires, elle prend place dans la révolte des Bataves de 69-70, conduite par Claudius Civilis (en réalité Gaius Julius Civilis), qui était borgne.
   Claudius Civilis réunit les chefs Bataves et les plus courageux du peuple dans un bois sacré, sous prétexte d’un banquet, et leur fit prêter serment de s’unir dans la révolte, avec toute sorte de rites barbares.
   Tacite compare Claudius Civilis à Sertorius et à Hannibal, avec qui il partageait un même visage défiguré par la pete d’un œil.
   Claudius Civilis était citoyen romain, comme le prouve le gentilice Julius. Fidèle auxiliaire des armées romaines, il est compromis avec son frère Julius Paullus dans un complot contre Néron. Paulus est décapité, Claudius jeté au cachot. Il bénéficie, grâce à son amitié avec Vespasien, de l’avènement de Galba qui le libère. Il rejoignit alors les siens et organisa la révolte, bientôt rejoint par les Germains et une partie de la Gaule. Il prit Mayence, mais fut vaincu à trêve par le général romain Petilius Cerialis, qui traita evc lui. Claudius Civilis redevint en 70 un allié des Romains.
   
   Le serment avec les épées est une invention de Rembrandt. Les autres représentations connues de l’épisode montrent des poignées de main.
Annotations :
2. Commande du Conseil de la ville d’Amsterdam pour l’Hôtel de ville sur le Dam, achevé en 1655, aujourd’hui le Palais Royal. La révolte des Bataves était censée préfigurer celle contre les Espagnols, qui venait de s’achever par la victoire. La commande de la décoration de l’Hôtel de ville avait d’abord été confiée à Govert Flinck, qui mourut sans avoir pu achever le travail. Le restant fut réparti entre divers peintres, dont Rembrandt. Le tableau, le plus grand que Rembrandt ait peint, ne prit place que brièvement à l’endroit prévu : il fut ensuite retourné à Rembrandt qui n’aurait jamais été payé. On ne sait pas les causes de ce refus. Pour pouvoir la revendre, Rembrandt réduisit la toile à un quart de sa dimension originelle et ajouta un homme à gauche ; ce fut sa dernière œuvre de peinture d’histoire non religieuse.