Aller au contenu principal
Les Hommes-serpents (Rétif, Découverte australe, 1781)

Notice #012759

Image HD

Série de l'image :
Rétif de la Bretonne, La Découverte australe par un homme volant, 1781
Auteur(s) :
Binet, Louis (1744-1800)
Date :
1781
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Troyes, Médiathèque du Grand Troyes
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
DG 10149
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
« Hermantin, s’étant avancé avec précaution vers une forêt, aperçut, dormant au soleil, des serpents d’une taille monstrueuse pour la grosseur, mais qui n’avaient guère plus de dix à douze pieds. Il avertit son père et ses camarades, qui les examinèrent en frissonnant. Ces monstres avaient tous une tête approchante de l’humaine, et rampèrent en s’éveillant avec une vivacité prodigieuse ; quelquefois ils se dressaient à demi et sifflaient d’une manière effrayante, en dardant leur langue bifourchue. Alexandre et ses compagnons-volants s’élevèrent en l’air, afin d’épouvanter ces hommes-serpents et les obliger à rentrer dans leurs cavernes. En même temps, il sacrifia un chien qu’il avait apporté, pour connaître si ces animaux étaient venimeux. Il le jeta au milieu d’une trentaine qui, plus hardis que les autres, ne s’enfuyaient pas, et sifflaient en regardant. Mais le chien fut englouti par un de ces êtres singuliers [...]. Alexandre et ses compagnons leur ayant jeté de la terre, ils s’enfuirent en fureur dans leur trou, à l’exception d’un seul, qui était si animé qu’il s’efforçait de s’élancer en l’air. On continua de lui jeter de la terre. Mais au lieu de se cacher dans son trou, il courut du côté des travailleurs : Alexandre et ses compagnons le poursuivirent, et lui ayant jeté sur le corps une espèce de filet, ils l’y enveloppèrent, l’y continrent, et l’examinèrent à leur aise*.Mais, tandis qu’on l’entourait, on entendit des sifflements horribles du côté de la forêt ; et l’on vit arriver un serpent-femelle, suivi d’une douzaine d’autres, les formés, les autres fort jeunes, qui voulaient se jeter sur ceux qui environnaient l’homme-serpent embarrassé dans le filet. On s’éloigna, ne pouvant leur résister. Ils rompirent les mailles avec leurs dents, et délivrèrent le prisonnier qu’ils emmenèrent dans son trou. »
Annotations :
1. Au-dessus de l’image à gauche : « II.e Vol. 370. »
Titre sous l’image : « Les Hommes-serpens. »
Légende en note sur la page de gauche : « (*) 17.me Estampe : Un Homme et une Femme-serpent, en colère, dardant leurs langues contre les Volans. Hermantin jette un filet sur le Mâle, pour l’envelopper. On aperçoit les queues de ceux qui fuient. »