Aller au contenu principal
Éradice fouettée par le père Dirrag (Thérèse philosophe, Londres, 1782)

Notice #013071

Image HD

Série de l'image :
[Boyer d’Argens,] Thérèse philosophe. Avec figures, Londres, 1782, 2 vol.
Entre 1782 et 1783
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Munich, Bayerische Staatbibliothek
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
124708 Rem.IV 1353-1
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
« Elle se mit à genoux sur un prie-Dieu, un livre devant elle : puis levant ses juppes & sa chemise jusqu’à la ceinture, elle laissa voir deux fesses blanches comme la neige & d’un ovale parfait, soutenues de deux cuisses d’une proportion admirable. Le vez plus haut votre chemise, lui dit-il, elle n’est pas bien : là, c’est ainsi. Joignez présentement le smains & élevez votre ame à Dieu : remplissez votre esprit de l’idée du bonheur éternel qui vous est promis. Alors le pere approcha un tabouret, sur lequel il se mit à genoux derriere & un peu à côté d’elle. Sous sa robe qu’il releva & qu’il passa dans sa ceinture, étoit une grosse & longue poignée de verges, qu’il présenta à baiser à sa pénitente. 
    Attentive à l’événement de cette scène, j’étois remplie d’une sainte horreur… »