Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

La nuit, par un clair de lune (Parties du jour, série Dauphin) - Vernet

Série de l'image :
Date :
1762
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Dimensions (HxL cm) :
83,5x135 cm
Sujet de l'image :
MV 5927
Œuvre signée
Œuvre datée

Analyse

 Livret du Salon de 1763 :

« Par M. Vernet, Académicien. 81. Les Quatre parties du Jour, représentées,    Le Matin, par le lever du Soleil.    Le Midi, par une Tempête.    Le Soir, par le coucher du Soleil.    La Nuit, par un clair de Lune.
Ces quatre Tableaux ont été ordonnés par Monseigneur le Dauphin, pour sa Bibliothéque, à Versailles. »

Extraordinaire du Mercure de France, sept. 63, p. 42 :

« Quatre autres Tableaux du même Auteur ; représentant les quatre Parties du Jour, enrichissent encore le Sallon. Nous sommes réduits à la répétition des mêmes éloges, que nous desirerions pouvoir rendre encore plus forts, pour qu’ils fussent moins éloignés du mérite réel de toutes ces productions. On admire dans ces Tableaux, comme dans les premiers, la juste expression dans les effets de chacun des différents points du jour ; la parfaite analogie des teintes avec le ton vrai de la Nature, dans les diverses manières dont les objets sont éclairés, & sur-tout la sublime intelligence de la perspective aërienne, que ce grand Maître posséde au moins [43] aussi parfaitement que Claude le Lorrain, en y joignant des avantages que peut-être n’ont pas les Ouvrages de l’illustre Paysagiste. Ces quatre Tableaux ont un égal degré de perfection ; mais au gré de quelques Curieux, celui qui représente la Nuit, paroît le plus piquant, par la parfaite imitation des effets d’un clair de Lune sur tous les objets, & particulièrement sur les eaux. »

Diderot, Salon de 1763 :

« Le tableau qu’on appelle son Clair de lune est un effort de l’art. C’est la nuit partout, et c’est le jour partout. Ici, c’ets l’astre d ela nuit qui éclaire et qui colore ; là, ce sont des feux allumés ; ailleurs c’est l’effet mélangé de ces deux lumières. Il a rendu en couleur les ténèbres visibles et palpables de Milton. Je ne vous parle pas de la manière dont il a fait frémir et jouer ce rayon de lumière sur la surface tremblotante des eaux ; c’est un effet qui a frappé tout le monde. »

Annotations :

1. Signé en bas à droite sur un tonneau : « Vernet | f. | 1762 ».

2. Série des Quatre parties du jour peinte en 1762 pour orner la bibliothèque du Dauphin à Versailles. Payée en deux fois : « A compte sur les quatre tableaux de Mgr le Dauphin, 2400 livres », le solde le 7 décembre 1763. Cat. Ingersoll Smouse, n°766.

3. Diderot vante un autre « Clair de lune » dans le Salon de 1769 A rapprocher de la « Vue des environs de Citta Nuova », Saint-Petersbourg, Ermitage, cat. Ingersoll Smouse, n°749 (représentation inversée).

Composition de l'image :
Petite(s) scène(s) dans un paysage ou une fabrique
Objets :
Les personnages sont disséminés dans une vue

Informations techniques

Notice #001320

Image HD

Identifiant historique :
A0639
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
Collections en ligne du château de Versailles (http://collections.chateauversailles.fr)
Bibliographie :
Diderot et l’art de Boucher à David (cat), 1984
n° 117, p. 397
Diderot, Arts et lettres (1739-1766), éd. Jean Varloot, Hermann, 1980 (DPV XIII)
Texte p. 388