Aller au contenu principal
Pomone (Recueil général des opera, t.1) - Ertinger

Notice #013238

Image HD

Série de l'image :
Recueil gal des opera, repr par l’Ac roy de musicque, Paris, Ballard, 1703-1738
Auteur(s) :
Ertinger, Franz (1640-1710)
1703
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre, eau-forte
Sujet de l'image :
Fiction, 17e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
YF-7731
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Illustration de la scène 5 de l’acte I.
    Flore, déesse des fleurs et Pomone, déesse des fruits tendent malicieusement à Faune et au dieu des jardins qui les courtisent des couronnes parodiques l’une de chardons, l’autre d’épines. Dans le livret c’est Flore seule qui devrait couronner les deux hommes tandis que Pomone, qui est seule courtisée, « se cache pour les observer, et pour en rire ».
Annotations :
1. Signé sous la gravure à gauche « F. E. F. » (Franz Ertinger Fecit).
2. Face p. 1.
« Pomone. M. L’Abbé Perrin ci-devant Introducteur des Ambassadeurs auprès de S. A. R. Gaston de fRance Duc d’Orleans ayant en 1669. obtenu des Lettres Patentes du Roy pour l’établissement des Opera en France, après les essais d’Orphée & d’Ercole amante & de quelques pettes ieces de sa façon, donna au public cet Opera qui est le premier qui ait paru en langue FRançoise & celui par lequel nous avons commencé à compter en ce recueil le nombre des Opera, les Vers étoiet du même Abbé Perrin & la Musiqcque de M. Cambert Maître de la Musicque de la Reine-Mere & Organiste de l’Eglise Saint Honnoré, cette Musicque n’a pas été imprimé.
Les danses étoient de la composition de M. Beauchamps Surintendant des Ballets du Roy.
Les machines furent conduites par M. le Marquis de Sourdeac, fort entendu en ces sortes de choses & associé avec M. l’Abbé Parrin dans ce nouvel établissement des Opera.
Les repetitions de ce premier Opera furent faites dans la Gallerie de l’Hôtel de Nevers, en laquelle étoit auparavant la Biblioteque du Cardinal de Mazarin, & les représentations publiques en furent données au mois de Mars d el’année 1671 sur le Théâtre qu’on avoit fait dresser dans un jeu de Paume de la ruë Mazarine vis-à-vis celle de Guenegaud, lequel Théâtre de Guenegaud a depuis été cedé aux Comédiens après la mort de Moliere : ces reprénetations durerent treize mois entiers ; Mademoiselle de Cartilly qui n’a pas paru depuis, y representoit Pomone : pour remplir les autres rolles on avoit fait venir de Languedoc plusieurs musiciens, entr’autres les sieurs Beaumavielle & Rossignol basse-tailles, Clediere & Tollet haute-contes, & Mirale taille. » (Maupoint, Biblioteque des theatres, 1733, p. 256-257)