Aller au contenu principal

Naboth et JĂ©zabel (Boissard, Theatrum vitae humanae) - Th. De Bry

Date :
1596
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Sujet d’histoire sacrĂ©e. Naboth
Lieu de conservation :
Montpellier, BibliothÚque de la Faculté de médecine

Analyse

Le roi Achab dĂ©sirait la vigne de Naboth. Sa femme Jezabel monte contre Naboth une fause accusation. Naboth est lapidĂ© (Ă  l’arriĂšre plan au centre). Dieu charge alors Élie de frapper Jezabel de mort violente.
   
    « AprĂšs ces Ă©vĂ©nements, voici ce qui arriva. Un certain Naboth, de Jizreel, avait une vigne Ă  Jizreel, Ă  cĂŽtĂ© du palais d’Achab, roi de Samarie. Achab ordonna Ă  Naboth : « Donne-moi ta vigne, pour que j’en fasse un jardin potager, car elle est tout prĂšs de ma maison. Je te donnerai Ă  la place une vigne meilleure ou, si tu prĂ©fĂšres, je te paierai sa valeur en argent. »
   Mais Naboth rĂ©pondit Ă  Achab : « Que l’Eternel me garde de te donner l’hĂ©ritage de mes ancĂȘtres ! »
   Achab rentra chez lui, triste et irritĂ©, Ă  cause de cette rĂ©ponse que lui avait faite Naboth de Jizreel: «Je ne te donnerai pas l’hĂ©ritage de mes ancĂȘtres ! » Il se coucha sur son lit, tourna son visage contre le mur et ne mangea rien.
   Sa femme Jézabel vint le trouver et lui dit: «Pourquoi es-tu triste et ne manges-tu pas ? »
   Il lui rĂ©pondit : « C’est parce que j’ai parlĂ© Ă  Naboth de Jizreel et que je lui ai dit : “Donne-moi ta vigne pour de l’argent ou, si tu veux, je te donnerai une autre vigne Ă  la place.” Mais il a rĂ©pondu : “Je ne te donnerai pas ma vigne ! ”»
   Alors sa femme JĂ©zabel lui dit : « Est-ce bien toi maintenant qui es roi d’IsraĂ«l ? LĂšve-toi, prends de la nourriture et que ton coeur se rĂ©jouisse. C’est moi qui vais te donner la vigne de Naboth de Jizree . »
   Elle Ă©crivit alors, au nom d’Achab, des lettres qu’elle marqua de l’empreinte du roi, puis elle les envoya aux anciens et aux magistrats qui Ă©taient concitoyens de Naboth.
   Voici ce qu’elle Ă©crivit dans ces lettres : « Proclamez un jeĂ»ne. Placez Naboth au premier rang du peuple
   et mettez en face de lui deux vauriens qui tĂ©moigneront contre lui en prĂ©tendant qu’il a maudit Dieu et le roi. Puis conduisez-le Ă  l’extĂ©rieur de la ville et lapidez-le jusqu’à ce qu’il meure. »
   Les hommes de la ville de Naboth, les anciens et les magistrats qui Ă©taient ses concitoyens, agirent comme JĂ©zabel le leur avait fait dire. Ils se conformĂšrent Ă  ce qui Ă©tait Ă©crit dans les lettres qu’elle leur avait envoyĂ©es. Ils proclamĂšrent un jeĂ»ne et placĂšrent Naboth au premier rang du peuple ;
   les deux vauriens vinrent se mettre en face de lui et tĂ©moignĂšrent contre Naboth devant le peuple en prĂ©tendant qu’il avait maudit Dieu et le roi. Puis ils le conduisirent Ă  l’extĂ©rieur de la ville et le lapidĂšrent jusqu’à ce qu’il meure.
   Ils firent alors dire Ă  JĂ©zabel : “Naboth a Ă©tĂ© lapidĂ© et il est mort.” Lorsque JĂ©zabel apprit la nouvelle, elle dit Ă  Achab : “LĂšve-toi, prends possession de la vigne de Naboth de Jizreel, qui avait refusĂ© de te la cĂ©der pour de l’argent. En effet, Naboth n’est plus en vie, il est mort.” DĂšs qu’il apprit que Naboth de Jizreel Ă©tait mort, Achab se leva pour descendre Ă  sa vigne afin d’en prendre possession. » (1 Rois 21, 1-14)

Sources textuelles :
Rois (1er livre)
21, 1-16

Informations techniques

Notice #015349

Image HD

Identifiant historique :
B4668
Traitement de l'image :
Image web