Aller au contenu principal
Anchise reconduit Énée et la Sibylle à la porte d’ivoire (Énéide, Vat.Lat.3225)

Notice #016365

Image HD

Série de l'image :
Vergilius Vaticanus (fragments des Géorgiques et de l’Énéide), IVe siècle
Entre 360 et 410
Nature de l'image :
Enluminure
Sujet de l'image :
Énéide. Énée aux Enfers
Lieu de conservation :
Rome, Vatican, Bibliothèque apostolique
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Vat. Lat. 3225, f°57r
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
« Sunt geminae Somni portae, quarum altera fertur
   cornea, qua ueris facilis datur exitus umbris,
   altera candenti perfecta nitens elephanto,
   sed falsa ad caelum mittunt insomnia manes.
   His ibi tum natum Anchises unaque Sibyllam
   prosequitur dictis portaque emittit eburna. » (Énéide, VI, 893-898)
    Il y a deux portes du Sommeil, l’une dit-on
    est de corne, par où une sortie facile est donnée aux vraies ombres,
    l’autre est parfaite, brillante d’ivoire éblouissant
    mais [par elle] ce sont des songes faux qu’envoient au ciel les manes.
    Là alors Anchise accompagne son fils et avec lui la Sibylle
    et, sur ces mots, les fait sortir par la porte d’ivoire
Annotations :
1. Sur l’enluminure on peut lire, sous le personnage de gauche, ANCHISVS, sous les personnages de droite, SIBYLLA et AENEAS, sous le pilier de gauche, PORTAE, en haut sur la porte de gauche, CORNEA, sur la porte de droite, EBURNEA.
2. Folio 57 recto.