Aller au contenu principal
Livre VI. Exploit de Scéva (La Pharsale, éd. Marmontel) - Gravelot

Notice #016852

Image HD

Série de l'image :
La Pharsale de Lucain, trad. Marmontel, Paris, Merlin, 1766, 2 vol.
Auteur(s) :
Gravelot, Hubert-François Bourgignon dit (1699-1773)
De Ghendt, Emmanuel Jean Népomucène (1738-1815)
1766
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Sujet historique. César et Pompée (49 av. JC)
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque de l’Arsenal
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
RESERVE 8-BL-5016 (1)
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr

Analyse

Analyse de l'image :
Bataille de Dyrrachium.
   Pompée est enfermé dans Dyrrachium. Il décide une sortie par le fort que tient Minucius, légat de César. Mais Scéva, un simple soldat de la plèbe, se dresse alors contre les aigles pompéiennes. Un javelot l’atteint à l’œil. Scéva feint alors de se rendre à Aulus, pour mieux lui trancher la gorge de son glaive. Scéva prononce alors les vers qui servent ici de légende : « Ainsi soit puni quiconque a espéré la soumission de Scéva. »
   Gravelot a représenté Scéva, tenu à pleins bras par Aulus, la poitrine percée de flèches, brandissant son glaive émoussé pour tuer Aulus. L’exploit de Scéva est un à contre-coup de l’événement fictif de sa blessure mortelle. Scéva déjà presque mort tue.
Annotations :
1. Signé sous la gravure à gauche « H. Gravelot. inv. », à droite « E. De Ghendt Sculp. »
Légende sous les signatures : « Solvat, ait, pænas, scævam quicunque subactum | Speravit » (Ainsi soit puni, dit-il, quiconque a espéré la soumission de Scéva)
Référence sous la légende : « L. VI. v. 241. »