Aller au contenu principal

Funestine (Cabinet des fées, t31, 1785) - Marillier

Date :
1785
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Lieu de conservation :
PZ24C3 (31)
ƒuvre signĂ©e
LĂ©gende

Analyse

Réveil de la princesse Funestine au palais des événements.
   
    Funestine, princesse d’Australie, naĂźt sous les auspices des fĂ©es les plus malfaisantes. Le roi son pĂšre la jette aux fauves, oĂč le gĂ©nie Clair-Obscur la recueille et l’emmĂšne. Le gĂ©nie vient d’avoir un fils « aussi beau qu’elle Ă©tait laide », Formose. Mais les qualitĂ©s morales laissent Ă  dĂ©sirer. Clair-Obscur se met en tĂȘte de marier les deux enfants.
    Formose est orgueilleux et avide de louanges ; Funestine croĂźt « en laideur et en indocilité ». Un jour elle manque pĂ©rir dans une tempĂȘte. Le gĂ©nie la fait transporter dans un palais qu’il construit pour elle, le palais des Ă©vĂ©nements (p. 21).
    Funestine s’éveille dans ce palais, la scĂšne dessinĂ©e par Marillier est la scĂšne de son rĂ©veil :
    « Funestine impatiente se jette pieds nus en bas du lit, & fait une glissade peu modeste : autre cĂ©rĂ©moniel aussi impertinent, pour lui mettre un peu d’eau-de-vie de lavande sur une lĂ©gĂšre Ă©corchure qu’elle s’étoit faite au coude. Ensuite on la prie humblement de choisir parmi vingt robes Ă  peigner qu’on Ă©tale Ă  sa vue l’une aprĂšs l’autre. Qu’on me donne la premiĂšre venue, dit-elle avec colĂšre, & qu’on se dĂ©pĂȘche. Alors on apporte une toilette, la mĂȘme que les grĂąces avoient faite pour VĂ©nus. Elle la renverse, ajoutant d’un air dĂ©pitĂ©, qu’elle ne veut point se coĂ«ffer, & qu’on est bien hardi de ne pas attendre ses ordres. Elle passe par une galerie, dans laquelle plusieurs ouvriĂšres lui brodoient un ameublement ; elle en trouve le goĂ»t dĂ©testable, les chasse, & fait jeter l’étoffe au feu. »
   
    A droite on apporte à Funestine une table de toilette sur laquelle repose un précieux miroir.
    A gauche, on lui donne une robe (plutĂŽt une chemise ?) qu’elle saisit dĂ©daigneusement du bout des doigts.

Annotations :

1. En haut à gauche « Funestine », à droite « Tom. 31. Pag. 25. »
LĂ©gende dans le cartouche : « Qu’on me donne la premiere venue | et qu’on se dĂ©pĂȘche. »
Signé sous le cartouche à gauche « C. P. Marillier Del. », à droite « N. Thomas sculp. »
Gravure insérée avant la p. 31, la citation débute à la 12e ligne.

Sources textuelles :
[Beauchamps,] Funestine (1737)
PremiĂšre partie

Informations techniques

Notice #016875

Image HD

Identifiant historique :
B6194
Traitement de l'image :
Photographie numérique