Aller au contenu principal
Lions & licornes protègent la Fontaine de Vérité d’Amour (Dend hyrdinde Astrea)

Notice #017837

Image HD

Série de l'image :
Dend hyrdinde Astrea, trad. danoise Søren Terkelsen, Lyckstadt, 1645
Auteur(s) :
Petersen, Mattis (1614-1676), graveur à Husum
1645
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 17e siècle
Lieu de conservation :
Londres, British Library
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
12510.a.1.
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Au second plan à droite un lion dévore un amant inconstant qui avait tenté d’approcher la fontaine.
   
   Clidaman est furieux de ce que la fontaine lui a révélé que Sylvie ne l’aimait pas. Il cherche à détruire la fontaine avec son épée, mais elle est indéstructible. Le druide lui propose alors de la rendre inaccessible : il lui demande deux lions et deux licornes, qu’il possède comme raretés dans des cages de fer, il les enchante et les commet à la garde de la fontaine :
    « Clidaman nourrissoit pour rareté dans de grandes cages de fer, deux Lyons, & deux Lycornes, qu’il faisoit bien souvent combattre contre diverses sortes d’animaux. Or ce Druide les luy demanda pour gardes de ceste fontaine, & les enchanta de sorte, qu’encor qu’ils fussent mis en liberté, ils ne pouvoient abandonner l’entrée de la grotte, sinon quand ils alloient chercher à vivre : car en ce temps là, il n’y en demeuroit que deux, & depuis n’ont fait mal à personne qu’à ceux qui ont voulu essayer la fontaine : mais ils assaillent ceux-là avec tant de furie, qu’il n’y a point d’apparence que l’on s’y hazarde : car les Lyons sont si grands & affreux, ont les ongles si longs & si trenchants, sont si legers & adroits, & si animez à ceste deffense qu’ils font des effects incroyables. D’autre costé les Lycornes ont la corne si pointuë & si forte, qu’elles perceroient un rocher, & hurtent avec tant de force, & de vitesse, qu’il n’y a personne qui les puisse eviter. Aussi tost que ceste garde fut ainsi disposée, Clidaman & Guyemantz partirent si secrettement, qu’Amasis, ny Silvie n’en sceurent rien qu’ils ne fussent desja bien loing. »
Annotations :
1. Gravure non signée.