Aller au contenu principal

L’armée latine (L’Énéide traduite en vers) - A. Bosse

Date :
1658
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Lieu de conservation :
A-1143

Analyse

L'image représente le dénombrement de l'armée des Latins qui se rassemble pour combattre Énée et les Troyens, à la fin du livre 7, à partir du v. 641. Les deux cavaliers du premier plan sont les deux derniers personnages décrits par Virgile.
A droite Turnus est reconnaissable à son casque, dont la triple crinière (triplici crinita juba, v. 785) est attachée à une chimère ailée, et à son bouclier représentant Iô changée en vache à droite, Argus la gardant à gauche et son père Inachus dont l'urne verse l'eau d'un fleuve (v. 789-792).
A gauche, Camille, reine des Volsques, fait flotter sa cape de pourpre attachée à ses épaules (v. 814), porte son carquois de Lycie (v. 816) et sa lance de myrte (v. 817).
Derrière eux, ce sont peut-être, à gauche, Virbius, fils d'Hippolyte et d'Aricie, conduisant le char de son père (v. 761-782), à droite Umbro, le prêtre du peuple de Marruvia (v. 750-760).
Au delà, les personnages ne peuvent pas être identifiés.

Le palais du fond ne peut guère être que le palais de Latinus, qui avait accordé son hospitalité à Énée et lui avait promis la main de sa fille. Mais Latinus dans le texte assiste impuissant à la levée des armées sous l'impulsion de Turnus. On le distingue au bas des escaliers de son palais assis sur une chaise curule et sous un parasol, comme s'il passait en revue ses troupes : en fait, Virgile fait disparaître en un vers ce roi dépossédé de fait de son pouvoir. Saepsit se tectis rerumque reliquit habenas, il s'enferma dans son palais et abandonna les rennes du pouvoir (v. 600).

On sent ici l'influence de la restauration du pouvoir royal après la Fronde : dans cet épisode virgilien très rarement représenté (on préfère illustrer le généreux accueil de Latinus à Énée, au début du livre), le lecteur de 1658 pouvait aisément reconnaître la révolte à peine éteinte des Grands du royaume contre l'autorité du jeune Louis XIV. A. Bosse, au lieu de représenter, conformément au texte virgilien, la capitulation de Latinus devant ses vassaux, ordonne une majestueuse parade militaire sous le regard du roi, placé lui-même juste en dessous du point de fuite de la perspective cavalière. Le roi, par le regard et dans l'ordre du visible, rétablit le pouvoir que le texte antique et les événements récents lui avaient contesté.

Il faut remonter toute l'allée centrale de l'esplanade jusqu'au palais pour parvenir au roi, point presque invisible au fond du tableau : le franchissement d'une masse compacte d'hommes en armes permet d'accéder à ce qui ressemble à un château princier du XVIIe siècle : la construction du château de Vaux-le-Vicomte s'achève précisément en 1658, les appartements n'y sont pas encore aménagés. Comme dans le château imaginé par Abraham Bosse, on accède au corps principal de Vaux-le-Vicomte par un large escalier. Les quatre colonnes du perron deviennent six chez Bosse, et les trois fenêtres de l'étage flanquées de statues sont changées en six statues dans leurs niches. On retrouve au-dessus le fronton triangulaire, mais pas la toiture en rotonde (qui n'était peut-être pas encore construite au moment où Bosse dessina : elle ne fut achevée qu'en 1658).

On sait quel rôle Vaux-le-Vicomte a joué comme prototype de Versailles : le premier volume était dédié à Mazarin, ministre du roi ; en 1658, le roi gouverne seul et le volume n'est plus dédié à celui qui « en servant la France, a toujours conservé précieusement les intérêt de l'Église », mais au cardinal Barberin, qui « en servant l'Église, ne s'est jamais départi des intérêts de la France » (2e p. de l'épître dédicatoire). L'intention du chiasme est claire : le roi seul sert désormais la France, auxquels les princes sont, par lui, assujettis.

Annotations :

1. La gravure n’est pas signée.

Objets :
Phylactère
Sources textuelles :
Virgile, Énéide, Livre 07 (Allecto sème la discorde)
v. 641-817

Informations techniques

Notice #018542

Image HD

Identifiant historique :
B7861
Traitement de l'image :
Image optimisée par Esrgan
Localisation de la reproduction :
Bibliothèque numérique de l'université de Lille (https://lillonum.univ-lille.fr/s/lillonum/page/accueil)