Aller au contenu principal

Le lavement des pieds (version de Grenoble) - Tintoret

Notice n°1 sur 6 Notice suivante

Date :
1539
Date incertaine
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Dimensions (HxL cm) :
149x264 cm
MG.406

Analyse

La composition de ce premier Lavement des pieds du Tintoret divise la toile en deux scÚnes presque indépendantes.

A droite, Jésus, auréolé, un genou à terre, le tablier à la ceinture, lave les pieds de Pierre, tandis que le jeune Jean, debout, tend une serviette. Jésus et Pierre se regardent mais ne se parlent pas,

A gauche, un apĂŽtre debout s’essuie les jambes, qui viennent sans doute d’ĂȘtre lavĂ©es. Au centre, les autres apĂŽtres forment plusieurs groupes autour d’une table Ă  la nappe immaculĂ©e et discutent entre eux. L’un d'entre eux s’enfuit par le fond, Judas sans doute.

Le devant de la table est occupĂ© par deux personnages qui discutent. Celui de droite est assis Ă  califourchon sur un banc dont le dĂ©cor en tĂȘte de lion Ă©voque l'emblĂšme de saint Marc : il a une longue barbe et porte un vĂȘtement orange ; il tend son pied, attendant sans doute que JĂ©sus vienne le laver. Son interlocuteur est totalement diffĂ©rent : les cheveux courts et blancs, vĂȘtu d'une longue robe noire, il ressemble plus Ă  un ecclĂ©siastique du XVIe siĂšcle qu’à un apĂŽtre, et comme aucun n’a d’aurĂ©ole, il est difficile de se faire une opinion. Le Tintoret a peut-ĂȘtre voulu faire dialoguer un de ses contemporains avec l’apĂŽtre de Venise, pour comprendre le sens de cette scĂšne Ă©trange.

« Comprenez-vous ce que j’ai fait pour vous ? Vous m’appelez “le MaĂźtre et le Seigneur” et vous dites bien, car je le suis. DĂšs lors, si je vous ai lavĂ© les pieds, moi, le Seigneur et le MaĂźtre, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres ; car c’est un exemple que je vous ai donné : ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi. En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, je vous le dis, un serviteur n’est pas plus grand que son maĂźtre, ni un envoyĂ© plus grand que celui qui l’envoie. » (Jean 13, 13-16)

Le choix de décentrer la scÚne principale vers la droite, avec un apÎtre debout à gauche, et de laisser dans la plus grande partie de la toile les apÎtres dans diverses attitudes, sera repris, plus systématiquement, dans la version du Lavement des pieds conservée au Prado.

Annotations :

2. Anciennement attribué à Lodovico Carracci / Louis Carrache (1844).
Achat en 1799 par L.J. Jay, au moyen d'une souscription versée par des habitants de Grenoble.

Sources textuelles :
Évangile de Jean
13, 2-20 (Bible de JĂ©rusalem, p. 1848)

Informations techniques

Notice #019749

Image HD

Traitement de l'image :
Image web