Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

Benoît prédit la destruction du Mont Cassin (Monte Oliveto, Vie de saint Benoît) - Le Sodoma

Notice précédente Notice n°30 sur 36 Notice suivante

Date :
Entre 1505 et 1510
Nature de l'image :
Fresque
Lieu de conservation :
Fresque du côté ouest du cloître, n°29 de la série.

Analyse

« Un homme noble appelé Théoprobe avait été converti par les avis, et par les exhortations du Père Benoît, avait mérité par sa vertu beaucoup de part à la confidence du Saint, de sorte qu’il lui était très familier. Etant un jour entré dans sa cellule, il le trouva dans une grande tristesse, et pleurant très amèrement. Il se retint, et fut longtemps sans lui rien dire, mais voyant qu’il ne cessait point de pleurer, et que s’il poussait ainsi des cris, et des gémissements, ce n’était pas que cela lui arrivât d’ordinaire dans la ferveur de l’oraison, mais parce qu’il était alors fort affligé, il lui demanda quelle était la cause d’une si extrême douleur. Le Saint lui répondit aussitôt : tout ce monastère que j’ai bâti, et tout ce que j’ai préparé pour mes Frères, a été livré aux infidèles parle jugement de Dieu, et à peine ai-je pu obtenir que ceux qui se trouveront ici, n’y perdent point la vie. Theoprobe entendit cette prédiction du Saint, mais nous en voyons aujourd’hui l’accomplissement. Car nous savons que ce monastère a été détruit par les Lombards. Il n’y a pas longtemps que ces barbares y entrèrent  la nuit, pendant que les Religieux reposaient, ils y pillèrent tout, mais ils n’y purent prendre une seule personne, le Dieu Tout-puissant ayant exécuté ce qu’il avait promis à son fidèle serviteur Benoît ; savoir que s’il livrait aux Gentils les biens du monastère, il conserverait la vie à ceux qui y demeuraient. » (Dialogues de Grégoire le Grand, livre II, chap. 17)

Benoît délivrant sa prédiction à Théoprobe est représenté au second plan à droite, en tout petit : le Mont Cassin sera livré aux barbares. La fresque représente sa prédiction.
On distingue à gauche, parmi les cavaliers qui arrivent en désordre, deux turbans et une toque de cosaque. En haut à droite, les pillards partent à l'assaut de l'abbaye au moyen d'une échelle. Une épaisse fumée noire sort des portes de l'étage.

Sources textuelles :
Grégoire le Grand, Dialogues (593-594)

Informations techniques

Notice #020517

Image HD

Traitement de l'image :
Image web