Aller au contenu principal
Roger délivre Angélique de l’orque (Roland furieux Anvers 1558, ch10)

Notice #002055

Image HD

Série de l'image :
Orlando furioso, trad. esp. avec suite par Espinosa, Anvers, M. Nucio, 1558
Entre 1543 et 1549
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Montpellier, Médiathèque centrale d’agglomération Émile Zola
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
31595 (1) RES in-4°
Sujet de recherche :
Iconographie du Roland furieux
Traitement de l'image :
Photo numérique
N° de commande :

Analyse

Analyse de l'image :
A gauche, Olympe quittant la tente où elle a passé la nuit s’avance avec effroi à la pointe de l’île où elle a été abandonnée par Biren, dont le bateau disparaît au loin. Au centre, Roger monté sur son hippogriphe affronte l’orque. A droite, Angélique est attachée à son rocher devant l’île d’Ébude.    L’orque crache un geyser d’eau comme une baleine, mais par la bouche...    Le combat de Roger contre l’orque est la performance centrale de cette gravure, encadrée par les deux figures féminines du désespoir que sont Olympe abandonnée sur son île et Angélique enchaînée au rocher. Ces deux figures se répondent en quelque sorte de part et d’autre du combat, et ce d’autant plus qu’Olympe sera au chant XI à la place où se trouve ici Angélique, au chant X !     Dans les gravures du seizième siècle, le corps exposé de la jeune femme sur le rocher n’est pas l’enjeu central de la représentation. Ici, c’est la performance chevaleresque qui est privilégiée, dont la jeune femme est, mais n’est que l’enjeu et la récompense.
Annotations :
2. Le chant X est nommé chant IX (décalage depuis le chant III).