Aller au contenu principal
Les troupes de Roland assiègent Biserte (Roland furieux Valvassori 1566, ch40)

Notice #002101

Image HD

Série de l'image :
Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, G. A. Valvassori, 1566 in-4°
Entre 1553 et 1566
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Montpellier, Médiathèque centrale d’agglomération Émile Zola
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
10948 RES in-4°
Sujet de recherche :
Iconographie du Roland furieux
Traitement de l'image :
Photo numérique
N° de commande :

Analyse

Analyse de l'image :
   Agramant, se voyant assiégé, s’est enfui en bateau (en haut, le bateau au centre, st. 8-9). Le soleil se lève à peine, en haut à droite sur la gravure (st. 14). En bas à droite, Roland, Astolphe et Sansonnet abordent Biserte pour l’attaquer. A gauche, les Nubiens avancent vers la muraille couverts par « des tortues, des chats », et « avec des béliers et tous les autres engins faits pour percer des tours et enfoncer des portes » (st. 18), tandis que les assiégés leur lancent des pierres depuis les créneaux. Au second plan à gauche, Olivier, Brandimart et Roland livrent bataille à l’écart du rivage (st. 21).    Depuis son bateau, en haut au centre, Agramant regardant Biserte en flammes songe à se suicider mais en est dissuadé par Sobrin qui lui suggère de demander de l’aide au sultan d’Égypte (st. 36-40). En haut à gauche, un orage se prépare (st. 43), représenté par un gros nuage. Le nocher conseille à Agramant de gagner un îlot pour s’y mettre à l’abri (st. 44). L’îlot est représenté entre les deux bateaux du haut. Agramant y retrouve Gradasse, roi de Séricane.    [Ils envoient un messager pour provoquer Roland et un des siens en combat singulier à Lampéduse, st. 54. Le bateau de Roger, vide mais chargé des armes de Roland, arrive à Biserte, st. 61. Retour en arrière : Roger hésite à quitter Agramant. Il combat Dudon, mais en modérant ses coups car Dudon est cousin de Bradamante par sa mère. Le départ de Roger en bateau pour rejoindre Agramant en Afrique et l’abandon du bateau dans la tempête ne sont racontés qu’au chant suivant.]