Aller au contenu principal
Roland venge Brandimart. Renaud et Dédain (Roland furieux Valvassori 1566 ch42)

Notice #002103

Image HD

Série de l'image :
Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, G. A. Valvassori, 1566 in-4°
Entre 1553 et 1566
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Montpellier, Médiathèque centrale d’agglomération Émile Zola
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
10948 RES in-4°
Sujet de recherche :
Iconographie du Roland furieux
Traitement de l'image :
Photo numérique
N° de commande :

Analyse

Analyse de l'image :
    En bas à gauche, Roland se penche sur le corps de Brandimart que Gradasse vient de tuer avec sa propre épée Durandal (XLI, 99-100). A droite, Roland remonté sur son cheval lève l’épée contre Gradasse (XLII, 9) après avoir tranché la tête d’Agramant, dont le tronc et le chef gisent en bas à droite. Survient alors, au second plan à gauche, un navire qui aborde l’île (st. 23).     La rupture narrative (io non voglio or contare) est marquée par le bras de mer qui sépare la gravure en deux.     [Bradamante se lamente de l’indifférence de Roger, et Renaud des amours d’Angélique. Renaud demande à Maugis son aide de magicien.]     Au fond, sur la gauche, Renaud, portant sur son dos un monstre fuit à cheval vers la montagne (st. 50-52). Face à Renaud se dresse un chevalier (st. 53), qui vient à son secours.     [Ce chevalier ne révèle son nom qu’après que Renaud a bu à la fontaine de désamour, se libérant ainsi de sa passion pour Angélique : c’est Dédain. Renaud part alors pour l’Inde, non pour retrouver Angélique, mais pour y récupérer Bayard. En route, un chevalier l’invite dans son château, dont la description occupe toute la fin du chant XLII. Le seigneur du lieu propose à Renaud de boire au hanap magique, qui lui révèlera si sa femme Clarice lui est fidèle.]